Tunisie: le présidentiable Karoui sort de prison

Portes, Thierry
Nabil Karoui, le 2 août 2019, à Tunis. / ZOUBEIR SOUISSI/REUTERS

Incarcéré depuis le 23 août, l’homme d’affaires pourra participer au second tour de la présidentielle, dimanche.

Trois jours avant le second tour de la présidentielle, Nabil Karoui est sorti de prison mercredi soir. La cour d’appel de Tunis, qui avait encore rejeté sa quatrième demande de remise en liberté, formulée le 1er octobre, a soudain estimé que l’heure était venue. L’homme d’affaires, incarcéré depuis le 23 août pour une affaire d’«évasion fiscale» et de «blanchiment d’argent , pourra donc participer au scrutin présidentiel de dimanche, face à Kaïs Saied. Ce dernier venait de son côté d’annoncer qu’il cessait de faire campagne «pour des considérations morales et afin d’éviter tout doute concernant l’égalité des chances entre les candidats».

En trois jours, Nabil Karoui aura bien du mal à peser dans une compétition à l’issue de laquelle Kaïs Saied devait sortir vainqueur. En menant campagne de sa prison, par l’intermédiaire de sa chaîne de télévision et de son épouse, Salwa Smaoui, Nabil Karoui avait obtenu, au premier tour, le 15 septembre, 15,58% des voix, derrière le professeur de droit constitutionnel à la retraite, Kais Saied, arrivé en tête avec 18,4% des suffrages.

Un accord entre Galb Tounes et Ennahdha

Les élections législatives ont donné ce mercredi soir le parti religieux Ennahdha vainqueur du scrutin avec 52 sièges sur les 217 que compte l’assemblée, devant Galb Tounes (Cœur de la Tunisie), le parti de Nabil Karoui, qui comptera 38 députés.

Un accord entre ces deux formations aurait-il été trouvé pour former une majorité au parlement et un prochain gouvernement? Telle est la question que pose cette soudaine volte-face des juges. Avant le premier tour des législatives du 6 octobre, la libération de Nabil Karoui était selon eux impensable. Ce scrutin passé, elle devient possible. La raison est-elle juridique ou politique? Nabil Karoui, qui avait vu la main du premier ministre dans son arrestation, avait ces derniers temps accusé Ennahdha de (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Tunisie: Nabil Karoui, le prisonnier de la présidentielle 
Tunisie: la très amère victoire d’Ennahdha 
Législatives, présidentielle: la Tunisie en pleine tempête électorale 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro