Tunisie : la nouvelle Constitution représente une "régression majeure" par rapport à celle de 2014

Les Tunisiens votaient toujours lundi soir sur une nouvelle Constitution controversée, qui renforce les pouvoirs du président Kais Saied, avec le risque pour ce pays, berceau du printemps arabe, de revenir à un régime autoritaire.

Les explications de Lamine Benghazi, responsable des programmes chez Avocats sans frontières.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles