Tunisie, un nouveau gouvernement composé d'indépendants

En Tunisie, après plus d’un mois et demi de négociations, le Premier ministre désigné par le parti Ennahdha a dévoilé la composition de son gouvernement, ce jeudi 2 janvier 2020.

Le suspense aura duré jusqu’au bout mais la Tunisie a enfin la composition de son nouveau gouvernement. Vingt-huit ministres pour des portefeuilles en majorité constitués de personnalités indépendantes selon les mots d’Habib Jemli, le chef du gouvernement désigné par le parti Ennahdha.

Cet ingénieur agricole de formation et ancien secrétaire d’État a eu pendant près de deux mois la tâche difficile de former un gouvernement dans un paysage politique morcelé et sans réelle majorité parlementaire. Sa composition est sans surprise et beaucoup de noms restent peu connus du grand public comme ceux des trois ministères régaliens, Justice, Intérieur et Défense tous confiés à des magistrats. De l’ancien gouvernement, deux rescapés seulement, notamment le populaire ministre du Tourisme, René Trabelsi reconduit à ses fonctions.

Dans la liste, beaucoup d’anciens ministres passés en coup de vent sous le régime de la troïka, la coalition tripartite mené par le parti Ennahdha après la révolution, mais aussi Fadhel Abdelkefi, nouveau ministre du Développement, plus proche du parti Au coeur de la Tunisie.

Si les couleurs politiques ne sont pas trop affichées dans cette nouvelle composition, faute d’accord avec les partis politiques en présence lors des négociations, la grande inconnue reste le vote de confiance au Parlement que devra s’assurer Habib Jemli dans les prochains jours. Il lui faut 109 voix.