Tunisie: le groupe Etat islamique revendique l'attaque ayant tué un gendarme

·1 min de lecture
La police judiciaire tunisienne enquête sur le site d’une attaque contre des officiers de la Garde nationale le 6 septembre 2020 à Sousse, au sud de Tunis - Bechir TAIEB © 2019 AFP
La police judiciaire tunisienne enquête sur le site d’une attaque contre des officiers de la Garde nationale le 6 septembre 2020 à Sousse, au sud de Tunis - Bechir TAIEB © 2019 AFP

L'organisation jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué lundi via son agence de propagande Amaq l'attaque menée dimanche à Sousse, ville touristique dans l'est de la Tunisie, et qui a coûté la vie à un membre de la Garde nationale tunisienne.

Attaque au couteau

L'EI a simplement fait état de la mort d'un membre des forces de sécurité lors de cette attaque menée par des "combattants" de l'organisation, sans davantage de précision.

Tôt dimanche matin, des hommes en voiture ont heurté des agents de la Garde nationale près de la station balnéaire de Port Kantaoui, dans la ville touristique de Sousse, puis les ont attaqués au couteau, tuant l'un d'eux et blessant grièvement l'autre.

Trois assaillants tués

Trois assaillants, dont deux frères, ont été tués dimanche matin dans la même zone. Ils n'étaient pas connus des autorités tunisiennes. Sept personnes ont en outre été arrêtées dans le cadre de l'enquête, a indiqué la Garde nationale, dont l'épouse d'un des assaillants, deux frères d'un autre et un homme soupçonné d'avoir été un recruteur.

Cette nouvelle attaque contre les forces de l'ordre, dans la ville où avait eu lieu une des attaques jihadistes meurtrières ayant secoué le pays en 2015, s'est déroulée trois jours après l'entrée en fonction d'un nouveau gouvernement, après de forts tiraillements politiques.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles