Tunisie: la doctorante Abir Khribich, meilleure chercheuse scientifique féminine

Le 13 août est une fête nationale pour les droits des femmes. À cette occasion, la jeune doctorante Abir Khribich, 26 ans, a reçu le prix de la meilleure recherche scientifique féminine par le ministère de la Femme pour sa recherche combinant la consommation d’énergie renouvelables et le développement social.

Avec notre correspondante à Tunis, Lilia Blaise

En Tunisie, elle reçoit 10 000 dinars (près de 3 000 euros) pour poursuivre sa recherche. En France, elle a obtenu la bourse Eiffel, une bourse d’excellence pour encourager les étudiants étrangers à faire des doctorats dans l’Hexagone. Mais la jeune étudiante garde la tête sur les épaules.

Issue d’un village dans la zone rurale de Nabeul, au nord-est de la Tunisie, avec un père responsable qualité dans une usine et une mère au foyer, elle dit avoir été sensibilisée dès son plus jeune âge à l’environnement par ses parents. Elle a étudié la façon dont les sociétés sont sensibilisées aux énergies renouvelables, au-delà des bienfaits économiques. Comment le développement du bien-être d’une population et de sa qualité de vie peut aussi aider à amorcer une transition énergétique. Sa conclusion : le développement social et l’accès à l’éducation sont essentiels pour convaincre les consommateurs.

Le 13 août, une fête nationale pour les droits des femmes


Lire la suite sur RFI