Tunisie : deux chroniqueurs condamnés à un an de prison pour des critiques du pouvoir

Deux chroniqueurs tunisiens connus qui étaient poursuivis en vertu d'une loi sur les "fausses informations" pour avoir critiqué le pouvoir du président Kaïs Saïed, ont été condamnés mercredi chacun à un an de prison, a appris l'AFP de sources judiciaires.

Prison pour deux chroniqueurs en Tunisie pour avoir critiqué le pouvoir du président Kaïs Saïed. Borhen Bssais, un présentateur célèbre de médias privés et Mourad Zeghidi, un commentateur politique, ont été condamnés mercredi 22 mai chacun à un an de prison, a appris l'AFP de sources judiciaires.

Les deux hommes ont écopé de six mois pour diffusion de "fausses nouvelles" dans les médias et réseaux sociaux, et six mois supplémentaires pour "de fausses déclarations dans le but de diffamer autrui", a indiqué à l'AFP le porte-parole du tribunal de première instance de Tunis, Mohamed Zitouna.

Lors de leur procès mercredi, les deux chroniqueurs ont invoqué la liberté d'expression, assurant s'être bornés à analyser et commenter l'actualité du pays.

Mourad Zeghidi et Borhen Bssais avaient été interpellés le 11 mai pour des déclarations dans des émissions et des publications sur les réseaux sociaux, considérées comme critiques du pouvoir du président Kaïs Saïed.

Ils étaient poursuivis pour diffusion de "fausses informations (...) dans le but de diffamer autrui ou porter atteinte à sa réputation", en vertu du décret-loi 54, promulgué en 2022 par le président Saïed, décrié pour son l'interprétation très large.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
La politique migratoire tunisienne inquiète les Nations Unies
Arrestations de Sonia Dahmani et Mehdi Zagrouba : manifestations des avocats à Tunis
En Tunisie, le retour de "l'autocensure" face à "la crainte de la dénonciation et de l'arrestation"