Tunisie : la démocratie entre parenthèses

·1 min de lecture
Alors que la Tunisie est plongée dans l'incertitude, un retour à l'ordre constitutionnel normal ne semble pas d'actualité.
Alors que la Tunisie est plongée dans l'incertitude, un retour à l'ordre constitutionnel normal ne semble pas d'actualité.

« Carthage est tellement fermée qu?on ne pourrait y glisser une idée sous la porte », grince un familier des élites tunisiennes. Carthage, la vénérable Carthage, son palais présidentiel de 350 pièces, son port privé, s?est refermée sur elle-même. Une forteresse d?où Kaïs Saïed dirige le pays depuis le 25 juillet, date à laquelle il « gela » les travaux du Parlement, congédia le président du gouvernement, une ribambelle de ministres, interdit à certaines professions de pouvoir voyager (la profession est inscrite sur la carte d?identité). Cette décision justifiée par « des périls imminents » ne devait durer que « trente jours ». Elle a été prolongée « jusqu?à nouvel ordre ». La Tunisie, l?unique survivante du Printemps arabe, son berceau, sera-t-elle son sarcophage ? Quarante-deux jours que la Kasbah, le 10 Downing Street tunisois, est fermée, portes closes, président du gouvernement démis, conseillers et chargés de mission débarqués, personnel placé au chômage technique (hormis la sécurité). Quarante-deux jours que les amples grilles qui ceinturent l?Assemblée des représentants du peuple (ARP) demeurent cadenassées, députés renvoyés dans leurs foyers, immunité judiciaire levée, personnel soumis au même régime que la présidence du gouvernement. Quarante-deux jours que l?administration attend une feuille de route, des arbitrages. Carthage concentre tous les pouvoirs politiques, l?armée et le judiciaire en sus. Que peut attendre la Tunisie démocratique d?une s [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles