Tunisie : Le correspondant de « Libération » violenté par des policiers lors d’une manifestation

·1 min de lecture

PRESSE - Selon le Syndicat national des journalistes tunisiens, plus de 20 agressions policières ont été enregistrées contre des journalistes

Roué de coups et aspergé de gaz. Le correspondant du quotidien Libérationen Tunisie a été brutalisé vendredi par des policiers et empêché de couvrir une manifestation contre le président Kais Saied, ont dénoncé le journal français et l’association des correspondants étrangers en Afrique du Nord. « Alors qu’il couvrait une manifestation contre le président Kais Saied vendredi, notre correspondant Mathieu Galtier a été violemment frappé par plusieurs policiers. La direction du journal condamne fermement cette agression », a réagi Libération sur son site.

Dans un communiqué publié samedi, le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a dénoncé « fortement la violence barbare » de la police contre des journalistes qui étaient sur le terrain le 14 janvier. Selon le SNJT, plus de 20 agressions policières ont été enregistrées contre des journalistes, « ciblés alors qu’ils portaient leurs gilets distinctifs et faisaient état de leur statut de journaliste lors de l’agression ». Ces agressions, également contre des manifestants, « instaurent l’Etat de la répression policière au lieu de l’Etat de la sécurité républicaine », a ajouté la même source.

« Ils ont commencé à me frapper dans tous les sens »

Des manifestations étaient organisées dans la ca(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Vincent Bolloré, Bernard Arnault et Xavier Niel auditionnés au Sénat sur la concentration des médias
Coronavirus : Emmanuel Macron salue le rôle de la presse pour lutter contre la désinformation
« Le Journal du dimanche » : La rédaction exprime sa « vive préoccupation » après un nouveau remaniement à sa tête

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles