Tunisie: le chef d’Ennahdha Rached Ghannouchi interrogé par le pôle antiterroriste

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le leader du parti tunisien à influence islamiste Ennahdha Rached Ghannouchi s'est présenté mardi 19 juillet au pôle judiciaire de lutte antiterroriste. Alors qu’il était président du Parlement jusqu’à la dissolution de ce dernier par le chef de l'État tunisien le 25 juillet, il est soupçonné de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.

Rached Ghannouchi est interrogé sur ses liens avec l'association caritative (NIMAA) Naama Tounes, proche du parti islamiste. Le cabinet de l'émir du Qatar lui aurait accordé des financements via cette association, soit des sommes qui auraient servi à financer le parti islamiste et à enrichir son chef. C'est dans le cadre cette enquête que les avoirs de Rached Ghannouchi ont été gelés le 7 juillet dernier.

Lors de son entrée au siège du pôle antiterroriste, Rached Ghannouchi a levé la main vers le ciel, le V de la victoire dirigé vers ses partisans. Car une centaine de soutiens se pressaient devant le bâtiment, scandant son nom et brandissant des pancartes en arabe et en anglais sur lesquelles on pouvait lire : « arrêtez les procès politiques ».

Mardi soir, Rached Ghannouchi se trouvait toujours au siège du pôle antiterroriste.

Rached Ghannouchi fait l'objet d'une deuxième enquête, celle sur l'assassinat de Chokri Belaïs et Mohamed Brahmi en 2013. Dans le cadre de cette enquête, il lui est interdit de quitter le territoire tunisien.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles