Tunisie : le chanteur Noomane Chaari menacé de mort pour son clip "Paix entre voisins"

·1 min de lecture

Neuf minutes ont fait basculer sa vie. Lorsqu'il s'est attelé à ce projet il y a neuf mois, jamais le chanteur tunisien Noomane Chaari n'aurait pensé que son clip Paix entre voisins lui ferait vivre un tel enfer. Et pour cause : l'objectif de la chanson, interprétée aux côtés de l'artiste juif israélien Ziv Yehezkel, d'origine irakienne, était de construire "des ponts les uns vers les autres". "J'avais en tête cette chanson depuis longtemps, confie-t-il depuis Tunis, lunettes rondes sur le nez et traits tirés. Je pensais au départ regrouper des chanteurs avec des cultures et des religions très différentes. J'avais déjà écrit une opérette qui parle de paix en Libye, une chanson dans le même esprit après la révolution tunisienne. J'avais une sorte d'expérience dans ce domaine."


Mais la mélodie en arabe, sous-titrée en hébreu et en anglais, n'est pas du goût de tout le monde, tout comme les images de Tunis et de Jérusalem incrustées dans le clip. Après sa mise en ligne courant décembre, le syndicat UGTT des musiciens l'a qualifié de "provocation contre le peuple tunisien et contre l'ensemble du peuple arabe". Sur Facebook - que Noomane Chaari a quitté depuis -, les menaces de mort pullulent : "Vous suivrez votre père dans la tombe", "Puisse Dieu vous tuer, collabo…"

"

Je pense qu'il y a des hommes politiques derrière ces menaces, mais je n'ai pas de noms

"

Le père de famille a également été licencié de la première chaîne de télévision publique, où il était chroniqueur. "Les ...


Lire la suite sur LeJDD