En Tunisie, la chanson de la discorde

Par notre correspondant à Tunis, Benoît Delmas
·1 min de lecture

Le 10 décembre, Rabat officialisait la renaissance de ses liens avec Israël en échange d'une reconnaissance par les États-Unis de sa souveraineté sur le Sahara occidental. Dans les autres capitales du Maghreb, stupeur et silence. L'Algérie, privée de président de la République hospitalisé en Allemagne depuis le 28 octobre, ne s'exprimera qu'après 48 heures. À Tunis, rien. Le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, expliquera depuis Paris, auprès de France 24, que le Maroc est un pays ami et souverain mais que la question de la normalisation n'est pas à l'ordre du jour dans son pays. C'est alors qu'un incident révélateur se produit au nord de Tunis, à La Ouina. Une chanson mise en ligne attire une kyrielle d'ennuis à l'un de ses musiciens, un Tunisien.

Dans sa messagerie, « tu vas mourir »

Compositeur et chanteur, Noomane Chaari a fondé une association en novembre 2019 dont l'objectif est « la paix entre les religions et les peuples » dit-il. Il s'agit « d'un projet musical interculturel au nom du Conseil arabe pour l'intégration régionale, l'Acri ». L'Acri est une organisation fondée par des intellectuels arabes favorables au dialogue avec Israël. Noomane Chaari raconte qu'il effectue alors « un voyage en Israël et en Palestine pour y donner plusieurs concerts ». Les médias sont prévenus, sans remous notables. Et ce mois-ci, le clip de la chanson « Peace Among Neighbours » est mis en ligne avec un certain succès. L'Israélien Ziv Yehezkel y interprète les paro [...] Lire la suite