Tunisie: 5 morts et 25 hospitalisés après la consommation d'alcool frelaté

S.B.-E.
·1 min de lecture
Un secouriste paramédical du SAMU Tunisie (Urgent Medical Aid Service) à l'arrière d'une ambulance dans la capitale Tunis, le 6 avril 2020. (Photo d'illustration) - Fethi Belaid - AFP
Un secouriste paramédical du SAMU Tunisie (Urgent Medical Aid Service) à l'arrière d'une ambulance dans la capitale Tunis, le 6 avril 2020. (Photo d'illustration) - Fethi Belaid - AFP

Cinq personnes sont mortes et 25 autres ont été hospitalisées dans le centre de la Tunisie après avoir consommé de l'alcool non alimentaire, selon des premiers éléments d'enquête, ont indiqué ce lundi les autorités sanitaires régionales.

Le directeur de la Santé de la région de Kasserine (au centre-ouest du pays), Abdelghani Chaabani, a indiqué à l'AFP que 30 personnes habitant le même quartier de la ville avaient été hospitalisées samedi soir. Cinq sont décédées, tandis que deux autres sont sous assistance respiratoire. Onze ont pu quitter l'hôpital, a-t-il précisé.

Des échantillons prélevés et en cours d'analyse

"Des échantillons ont été prélevés et sont en cours d'analyse pour confirmer la cause du décès," a précisé le Dr Chaabani, évoquant un "mélange" de substances alcoolisées.

Selon des médias locaux, les victimes avaient consommé du "Kwaras", de l'eau de Cologne frelatée, pour en faire une boisson alcoolisée consommée dans les zones les plus pauvres ou les plus isolées du pays car elle est moins couteuse et plus accessible que la bière. Une enquête a été ouverte.

Lors d'un incident similaire en mai dernier, six Tunisiens étaient morts et 33 autres intoxiqués plus ou moins grièvement après avoir consommé un dérivé du méthanol. Six personnes en étaient décédées dans une quartier pauvre de Kairouan (centre).

Kasserine, zone agricole frontalière de l'Algérie -avec un taux de chômage dépassant les 20% et un taux de pauvreté à plus de 33% selon l'Institut national de la statistique-, reste profondément marginalisée, dix ans après la révolution née non loin de là et qui a chassé du pouvoir Zine el Abidine Ben Ali en 2011.

Article original publié sur BFMTV.com