En Tunisie, les électeurs appelés à se prononcer sur une nouvelle Constitution controversée

Les Tunisiens sont appelés lundi à se prononcer lors d'un référendum imposé par le chef de l'État, Kais Saïed , sur une nouvelle Constitution controversée qui renforce les pouvoirs du président et pourrait faire rebasculer le pays vers un régime dictatorial similaire à l'avant 2011. Plus de 11.000 bureaux de vote ont commencé à 5H00 GMT à accueillir les électeurs d'après l'Isie, l'autorité électorale, organisatrice de cette consultation censée, selon Kais Saïed, mettre fin à la crise politique provoquée par son coup de force d'il y a exactement un an. Ils fermeront à 21H00 GMT.

Selon l'Isie, 9.296.064 Tunisiens ont été inscrits volontairement ou automatiquement pour participer à ce référendum, rejeté par la majorité des partis politiques et critiqué par les défenseurs des droits. Les 356.291 Tunisiens de l'étranger ont commencé à voter samedi et ont jusqu'à lundi pour s'exprimer. La participation est le principal enjeu du référendum pour lequel aucun quorum n'est requis et où le oui est donné favori, l'opposition à Kais Saïed ayant pour l'essentiel appelé à ne pas se rendre aux urnes.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Rupture avec le système parlementaire

Le projet de Constitution instaure un régime ultra-présidentiel accordant de vastes pouvoirs au chef de l'Etat, en rupture avec le système plutôt parlementaire en place depuis 2014, auquel Kais Saïed impute les conflits récurrents entre le Parlement et le gouvernement des 10 dernières années. ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles