Qu'est ce que le stress thermique, ce "tueur silencieux" qui provoque la mort de 500 000 personnes par an ?

Le stress thermique désigne l'incapacité du corps humain à maintenir une température normale en raison d'une température trop élevée et des niveaux d'humidité.

Traditionnellement, Météo France calcule la température de l'air en degrés (Getty Images)

Avez-vous vu déjà entendu parler du stress thermique ? D'après les données de l'Organisation météorologique mondiale, 500 000 personnes sont victimes chaque année de stress thermique. Comme l'explique le site Campbell Scientific, ce phénomène se manifeste par l'incapacité du corps humain à maintenir une température normale en raison de la température importante et des niveaux d'humidité élevés. "Certains emplois ou activités exigent que les personnes soient soumises à ces conditions, ce qui peut entraîner des risques de maladies liées à la chaleur et éventuellement, entraîner la mort. Les maladies liées à la chaleur comprennent les crampes de chaleur, l'épuisement par la chaleur et les coups de chaleur", complète le site internet.

Le Parisien prend l'exemple des 577 pèlerins décédés lors du récent pèlerinage musulman à La Mecque (Arabie Saoudite) à cause des vagues de chaleur. Si l'OMM annonce 500 000 décès, les chiffres pourraient être largement pires et être multipliés par... trente. "La chaleur est un tueur silencieux, car les symptômes ne sont pas si évidents. Et lorsqu'il y a des troubles de santé sous-jacents, les conséquences peuvent être très graves, voire catastrophiques", affirme Alejandro Saez Reale, de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), cité par plusieurs médias.

Traditionnellement, Météo France calcule la température de l'air en degrés. Afin de mesurer le risque de stress thermique, les scientifiques ont développé des méthodes comme "l’Indice universel du climat thermique" (UTCI, en anglais) qui prend en compte la température, le vent et l’humidité. "Généralement, les mesures de température nécessitent un abri météo pour empêcher le rayonnement solaire direct de fausser les mesures. En revanche, le rayonnement solaire direct est nécessaire pour mesurer le stress thermique environnemental", précise le site Campbell Scientific. Le niveau extrême de stress thermique correspond à une température ressentie de plus de 46 degrés celsius.

La Dépêche cite John Nairn, expert en canicule à l'OMM, qui estime que l'Indice universel du climat thermique est une "très mauvaise mesure" lorsqu'il est utilisé dans des pays où l'exposition à la chaleur est plus chronique qu'en Allemagne. "La façon d'aborder la question n'est pas la même partout dans le monde. Si la chaleur atteint un niveau tel qu'elle empêche le fonctionnement d'une infrastructure, et qu'elle commence à tomber en panne, il y aura une conséquence sur les personnes qui ne seront plus protégées", alerte John Nairn.

Lire aussi