Un tueur en série identifié 16 ans après sa mort grâce à des analyses ADN sur son cadavre

·3 min de lecture
La police américaine a dû pratiquer des analyses ADN sur le cadavre du suspect pour confirmer son implication

Vingt ans après une série de meurtres commis en Floride, la police américaine a finalement résolu l'affaire, confirmant les soupçons nés d'une longue enquête.

Un "cold case" finalement résolu par l'exhumation d'un cadavre. Seize ans après la mort de Roberto Fernandes dans un accident d'avion, les autorités du comté de Broward et de la ville de Miami, en Floride (Etats-Unis), ont fini par établir la preuve que ce Brésilien était l'auteur des meurtres de trois jeunes femmes entre 2000 et 2001.

"Le suspect Roberto Fernandes était bien responsable du meurtre brutal de ces trois femmes", a ainsi annoncé le Sheriff de Broward Gregory Tony, cité par CBS Miami, ce mardi, à l'occasion d'une conférence de presse. La police floridienne était en effet depuis de longues années convaincue de son implication dans cette affaire.

VIDÉO - L’Affaire Luka Rocco Magnotta, le tueur au pic à glace

Trois meurtres, un tueur ?

Les deux premiers meurtres s'étaient produits en juin 2000, la police avait retrouvé à l'époque les corps des deux jeunes femmes battues à mort abandonnés dans une valise, puis dans un sac de sport, à chaque fois à proximité de la ville de Fort Lauderdale. Un peu plus d'un an plus tard, fin août 2001, un troisième cadavre avait été retrouvé plus au sud de la Floride, dans la baie de Biscayne.

Comme l'explique Le Parisien, des similitudes furent rapidement observées entre les trois affaires et la comparaison des empreintes relevées orienta rapidement les enquêteurs vers l'hypothèse que ces trois meurtres avaient été commis par la même personne. 

Des indices concordants

Les soupçons se concentrèrent sur le suspect n°1 du troisième meurtre, Roberto Fernandes, un Brésilien installé aux Etats-Unis depuis une dizaine d'années, mais ce dernier avait quitté le territoire américain pour rejoindre son pays natal avant que la police ait pu l'entendre.

Dans l'impossibilité d'explorer cette piste en raison de l'absence d'accord d'extradition entre le Brésil et les États-Unis, les enquêteurs ont cependant continué à travailler et fini par obtenir un résultat majeur en 2011, lorsque des analyses ADN confirmèrent l'implication d'un seul et même tueur dans les trois crimes.

Roberto Fernandes insaisissable... et pour cause !

Parallèlement, les empreintes de Roberto Fernandes, relevées avant son arrivée aux États-Unis au moment de la mort suspecte de sa femme, purent être comparées avec celles du tueur, révélant une correspondance totale. La police américaine avait alors assez d'éléments pour se rendre au Brésil afin de prélever l'ADN du suspect.

Une fois sur place, une surprenante nouvelle attendait cependant les policiers floridiens : Fernandes était mort en 2005, dans un accident d'avion, alors qu'il tentait de fuir vers le Paraguay. En plus de la frustration de ne pas pouvoir confirmer leurs lourds soupçons, les enquêteurs s'interrogèrent, selon CBS Miami, sur la réalité du décès. Le suspect pouvait-il avoir mis en scène sa propre mort pour disparaître sans laisser de trace ?

"Les gens peuvent faire semblant d’être mort, surtout s’ils ont commis des meurtres"

La réponse, négative, est donc tombée dix ans plus tard. Poursuivant leurs investigations, les policiers ont fini par retrouver la tombe de Roberto Fernandes, et ont obtenu l'autorisation de l'exhumer il y a quelques mois. Des analyses ADN ont donc pu être pratiquées, qui ont confirmé que le défunt était bien l'auteur des meurtres des trois jeunes femmes, il y a une vingtaine d'années.

"Nous avons pu confirmer en fin de compte que M. Fernandes était décédé, le corps a été exhumé, l'ADN a été prélevé, et tout correspondait au profil, explique le Sergent Nikolai Trifonov, de la police de Miami. On devait prouver qu’il était bien mort. Les gens peuvent faire semblant d’être mort, surtout s’ils ont commis des meurtres." Cette fois, le doute n'est plus permis.

VIDÉO - L'affaire Alain Lamare, le gendarme tueur

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles