Rambouillet : une cinquième garde à vue, des "troubles de personnalité" chez le tueur

·1 min de lecture

Le ressortissant tunisien de 36 ans qui a tué à coups de couteau vendredi une agente du commissariat de Rambouillet, dont la radicalisation "paraît peu contestable", présentait également "certains troubles de personnalité", a déclaré dimanche le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard. Le magistrat a part ailleurs annoncé devant la presse qu'une cinquième personne, un cousin de l'assaillant, avait été placée en garde à vue dimanche, deux jours après l'attaque perpétrée par Jamel G.

"Une consultation psychiatrique" sollicitée au centre hospitalier de Rambouillet

"Si la radicalisation de l'agresseur paraît peu contestable, la présence de certains troubles de personnalité a pu aussi être observée", a déclaré Jean-François Ricard, faisant le point sur les investigations. "A ce titre, son père a souligné que son fils avait adopté une pratique rigoureuse de l'islam. D'un autre côté, il a également mentionné des troubles de comportement qu'il avait pu remarquer chez son fils en début d'année", a rapporté le magistrat.

Jamel G. avait "sollicité une consultation psychiatrique" au centre hospitalier de Rambouillet le 19 février, puis avait eu un nouveau rendez-vous le 23 février. Cependant "il semble que son état n'a nécessité ni hospitalisation, ni traitement", a dit Jean-François Ricard. Il a également annoncé qu'une cinquième personne, un cousin de l'assaillant, avait donc été placée en garde à vue, en plus de son père qui résidait avec lui à Rambouillet (Yvelines), d...


Lire la suite sur Europe1