Des centaines de personnes rendent hommage à Estelle, DRH tuée dans le Haut-Rhin

·3 min de lecture
"Marche blanche" des parents et amis d'Estelle Luce à Orschwihr le 6 février 2021

Plusieurs centaines de personnes ont participé samedi à Orschwihr, village alsacien du Haut-Rhin, à une marche blanche en hommage à Estelle Luce qui aurait été victime du "tueur de DRH", suspecté d'avoir également tué une employée de Pôle Emploi à Valence et une autre DRH dans la Drôme.

A l'issue des obsèques de cette femme de 39 ans, mère de deux enfants, environ 500 personnes, selon les gendarmes, ont pris la direction, une rose blanche à la main, de la chapelle du Bollenberg, au milieu des vignes, sur les hauteurs du village, a constaté une journaliste de l'AFP.

En tête du cortège, la famille de la victime tenait une banderole sur laquelle figurait une grande photo de la DRH souriante, entourée de colombes.

Après avoir cheminé une demi-heure au son de cornemuses, les marcheurs, visiblement émus pour beaucoup, ont déposé en silence leurs roses devant cette petite chapelle aux murs blancs. A l'intérieur, un autel, orné de bougies, a été dressé en mémoire d'Estelle Luce.

Cette chapelle "est un endroit qu'Estelle aimait beaucoup", a expliqué à l'AFP la maire d'Orschwihr Marie-Josée Staender.

Dans cette commune d'un millier d'habitants où Estelle Luce résidait depuis quelques années avec son compagnon, "la population est sous le choc, c'est quelque chose de brutal, quelque chose de violent qui n'est jamais arrivé dans ce village", a confié la maire.

Après un moment de recueillement, son compagnon Alain a pris la parole pour remercier du soutien reçu.

"La douleur ne s'effacera jamais, mais tout ce que vous faites pour nous est un peu de réconfort", a-t-il déclaré entouré des filles et des proches de la victime.

Estelle Luce a été retrouvée tuée par balles dans sa voiture sur le parking de son entreprise à Wolfgantzen (Haut-Rhin), près de Colmar, le 26 janvier en fin d'après-midi.

Le même jour, un autre DRH, avec qui Mme Luce avait travaillé en 2008 dans une entreprise d'Eure-et-Loir, s'est fait tirer dessus, également dans le Haut-Rhin. Cette tentative d'assassinat a été commise par un homme qui s'est révélé être Gabriel Fortin, le tueur présumé de Valence et de la Drôme, licencié de cette même entreprise, à l'époque où les deux DRH y travaillaient, a indiqué lundi la procureure de la République de Mulhouse Edwige Roux-Morizot.

Dans le cas du meurtre d'Estelle Luce, dont il n'y a pas eu de témoin direct, les enquêteurs considèrent que l'auteur serait aussi cet ingénieur au chômage habitant Nancy, mais pour l'heure ce lien n'a pas encore été formellement établi, ni par le parquet de Colmar, ni par celui de Valence.

Arrêté au volant de sa voiture, l'homme a été mis en examen pour "assassinats" pour les victimes de Valence et de la Drôme.

A l'issue de la marche blanche, la famille d'Estelle Luce a procédé à un lâcher de colombes puis de ballons blancs et dorés sous les applaudissements des participants.

Les conditions violentes du décès d'Estelle Luce "rajoutent à la tristesse un sentiment d'injustice. (...) Elle est morte pour avoir fait son travail", a observé Jean-Marc Neff, le directeur de l'école d'un des enfants de la victime, venu "pour manifester (son) soutien à toute la famille".

maj/ha/or