Tueur des Cévennes : quel suivi pour les détenteurs d'armes ?

·1 min de lecture

Depuis mardi 11 mai, Valentin Marcone, soupçonné d'avoir tué son patron et un collègue, est toujours en fuite dans la forêt des Cévennes. Son profil psychologique et l'attirail retrouvé à son domicile posent la question du suivi des détenteurs d'armes en France.

Il était 9 h 30 lorsque le drame est survenu. Ce mardi 11 mai, la scierie du petit village des Plantiers (Gard) a été le théâtre d'un double homicide. L'un des employés, Valentin Marcone, aurait assassiné son patron et un de ses collègues. Après être rentré à son domicile pour récupérer une arme, l'assassin présumé se serait retranché dans la forêt cévenole. Depuis, la chasse à l'homme se poursuit. Lors d'une conférence de presse ce jeudi 13 mai, le général Philippe Ott a précisé que les gendarmes étaient " convaincus qu'il n'est pas très loin ", tout en reconnaissant n'avoir détecté " aucun signe de lui depuis trois jours ".Personnalité inquiétanteLes enquêteurs ont livré des éléments de portraits du tireur présumé. Dans l'appel à témoin diffusé, Valentin Marcone est décrit comme de " type européen, 1,70 m, treillis vert et veste de camouflage, considéré comme dangereux ".Eric Maurel, procureur de Nîmes, évoque auprès de Marianne un individu " très intéressé par le survivalisme, par le milieu paramilitaire mais sans s'en revendiquer pleinement ". Le magistrat dépeint plus largement la présence, dans cette région cévenole, " de personnes un peu ermites ou en tout cas, hostiles par principe à la puissance...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

L’énigme Anaïs Marcelli : la petite fille, le corbeau et le tueur en série

Le procès de Nordahl Lelandais : le tueur garde son mystère

"Michel Fourniret n'est pas le dernier des tueurs en série français"

En France, 300 "cold cases", combien de tueurs en série ?

Le tueur de Sarah Halimi ne sera jamais jugé : "Nous assistons à un déni de justice"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles