"Ils me tueront peut-être d'une balle" : Emmanuel Macron et la peur de sa vie

Qui a dit qu’un président n’avait pas le droit, lui aussi, d’avoir peur ? Derrière le statut présidentiel, se cache avant tout un homme. Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Macron a lui aussi connu des moments de doute… et de peur. En pleine crise des Gilets jaunes, peu de temps après les incidents qui ont eu lieu à l’Arc de Triomphe, le président de la République se rend au Puy-en-Velay, dans le plus grand secret. « Aucun élu n’a été informé, pas même le maire, Michel Chapuis », notent nos confrères de L’Express, dans un article paru ce mercredi 13 novembre.

Alors que l’époux de Brigitte Macron salue les cadres à la préfecture, un rassemblement est en passe de s’organiser à l’extérieur du bâtiment. En quittant les lieux, le président entend des manifestants scander des slogans peu flatteurs : « Macron démission », « On veut te tuer » ou encore « Crève sur la route ». Ambiance... Des épisodes comme celui-ci, Emmanuel Macron en vivra plusieurs durant la crise des Gilets jaunes. A ce sujet, il déclare : « Ils me tueront peut-être d’une balle, mais jamais d’autre chose », aurait-il lancé, dans des propos rapportés par Cécile Amar et Cyril Graziani dans Le Peuple et le Président.

Une phrase qui témoigne de la peur ressentie à ce moment-là par le principal intéressé. Cet épisode au Puy-en-Velay – ainsi que les autres – a marqué le président de la République. « Il veut être aimé, et par 100% des gens », note l’un de ses ministres dans des propos rapportés par L’Express. Car en plus de

Retrouvez cet article sur GALA

Emmanuel Macron envisage déjà sa vie après l’Elysée
Brigitte Macron "se montre peut-être trop" : ce que pense Mazarine Pingeot de la Première dame
Emmanuel Macron : cette photo qui n’aurait jamais dû être dévoilée
Brigitte et Emmanuel Macron : rapportent-ils beaucoup d’argent à la boutique de l’Elysée ?
VIDEO - Emmanuel et Brigitte Macron ne changent pas leurs habitudes : ils passent le week-end de la Toussaint à Honfleur