Des tueries font plus d'une centaine de morts dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC)

franceinfo Afrique avec agences
Depuis le mois de mai 2019, une centaine de personnes, au moins, a été tuée dans des attaques menées par des miliciens non encore identifiés en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo. 

"On a dépassé le chiffre de 160 personnes tuées entre le 10 et 12 juin", affirme le nouveau gouverneur de la province de l'Ituri, Jean Bamanisa Saïdi. Et ce en raison d'attaques menées par des miliciens non encore identifiés. "On a un grand nombre de personnes déplacées", ajoute le responsable, reprenant le chiffre de 300 000 avancé par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU.

Les violences intercommunautaires entre Lendus et Hemas, deux des communautés qui habitent la région, ont repris depuis décembre 2017. Elles ont déjà fait des centaines de morts, avant même les tueries de ces derniers jours. Ce conflit ne date pas d'aujourd'hui. Un article de Libération rappelle qu'"entre 1999 et 2003, des dizaines de milliers de personnes sont tuées, alors que le Rwanda et l’Ouganda jouent des tensions en Ituri, soutiennent et arment des milices hemas et lendues pour mener leurs batailles d’influence en RDC".

Ces massacres ravivent le souvenir du conflit de 1999-2003 entre deux communautés locales, les Lendus, en majorité agriculteurs, et les Hemas, le plus souvent éleveurs et qui tiennent le commerce du chef-lieu Bunia, dans une province également convoitée pour son or et son pétrole le long du lac Albert.

"Ce n'est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi