Tuerie dans l’Indiana : ce que l’on sait de Brandon Hole, le suspect de 19 ans

Une fusillade a fait huit morts dans la nuit de jeudi à vendredi dernier dans l’Indiana. Le suspect, qui s’est suicidé, était âgé de 19 ans et avait travaillé dans l’entrepôt FedEx où le crime a eu lieu.

Son mobile reste encore à établir mais la personnalité trouble du suspect se dessine peu à peu. Dans la nuit de jeudi à vendredi, Brandon Hole a abattu 8 personnes dans un entrepôt FedEx situé près de l’aéroport d’Indianapolis. Le jeune homme de 19 ans s’est ensuite suicidé. Plusieurs témoins ont raconté l’avoir vu tirer avec une ou plusieurs armes, dont deux fusils qu’il s’était procurés légalement en juillet et septembre. Pourtant, ABC News rapporte qu’une alerte le concernant avait été lancée l’an passé, lorsqu’il avait été interrogé par le FBI après que sa mère l’a dénoncé à la police. Il avait à l’époque fait part de son intention de se suicider en se faisant tuer par un policier. A l’époque, les enquêteurs avaient saisi un fusil à pompe à son domicile. La police a déclaré que l'arme ne lui avait jamais été rendue.

Le fait qu’il ait pu ensuite se procurer de nouvelles armes est au cœur des débats aux Etats-Unis. Le sénateur républicain Todd Young a mis en cause le manque de suivi psychologique de celui qui était encore adolescent. De son côté, Mark Bode, porte-parole de la mairie d’Indianapolis a annoncé que son bureau «continuait de suivre de près les conclusions de l'enquête en cours et les manquements dans les processus juridiques auraient pu entrer en jeu».

Une obsession pour "My Little Pony"

La famille de Brandon Hole a publié un communiqué dimanche dans laquelle elle présente ses excuses pour la tragédie. «Nous sommes dévastés par les pertes en vies humaines causées par les actions de Brandon; grâce à l’amour de sa famille, nous avons essayé de lui apporter l’aide dont il avait besoin. Nos excuses les plus sincères vont aux victimes de cette tragédie insensée. Nous sommes désolés de la douleur et du chagrin(...)


Lire la suite sur Paris Match