Tuerie de Chevaline : L'avocat d'un homme interrogé neuf ans après les faits dénonce une garde à vue « non justifiée »

·2 min de lecture

MYSTERE - La procureure avait indiqué que cette garde à vue visait « à procéder à des vérifications d’emploi du temps » et à « des perquisitions » chez cet homme

L’homme interrogé depuis mercredi matin dans l’enquête sur le quadruple meurtre de 2012 à Chevaline, en Haute-Savoie, est un témoin mis hors de cause en 2015 dont la garde à vue n’est « pas justifiée », a dénoncé son avocat.

« Il a le sentiment, peut-être à tort (…) mais c’est un sentiment que je partage, d’être en garde à vue gratuitement », a dénoncé face à des journalistes Jean-Christophe Basson-Larbi devant la gendarmerie de Chambéry ce mercredi soir. Pour l’avocat, la garde à vue « fait peser sur la tête de cet homme le poids d’une réclusion criminelle à perpétuité alors même que c’est pour vérifier un emploi du temps ».

« Il n’a pas croisé la route de cette pauvre famille »

Mercredi matin, la procureure d’Annecy Line Bonnet avait indiqué que cette garde à vue dans l’affaire dite de « la tuerie de Chevaline » visait « à procéder à des vérifications d’emploi du temps » et à « des perquisitions » chez cet homme. Me Basson-Larbi a précisé que son client, « qui a toujours eu à cœur de participer à la manifestation de la vérité », avait « déjà eu connaissance de cette affaire » par le passé mais qu’il avait été mis « hors de cause en 2015 ». L’avocat n’a toutefois pas souhai(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Tuerie de Chevaline : Le mystère sera-t-il percé ? Le point sur neuf ans d’enquête
« Cold cases » : « Le nouveau pôle doit permettre à ces dossiers de rester judiciairement vivants », estime Eric Dupond-Moretti
« Cold cases » : Face à ces dossiers complexes, que peut changer la création d’un pôle spécialisé ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles