Trump va interdire les cigarettes électroniques aromatisées

Le HuffPost avec AFP
Ce 11 septembre, Donald Trump a annoncé des mesures radicales contre la prolifération des cigarettes électroniques dans les collèges et lycées américains. 

SANTÉ - Le gouvernement de Donald Trump a annoncé ce mercredi 11 septembre que les cigarettes électroniques aromatisées seraient interdites à la vente dans les prochains mois, pour contrecarrer leur succès croissant dans les collèges et lycées américains.

“Beaucoup de gens pensent que le vapotage c’est formidable”, a déclaré le président américain dans le Bureau ovale de la Maison Blanche. “Cela n’a rien de formidable, cela crée plein de problèmes”.

Les autorités sanitaires ont annoncé en même temps l’interdiction à venir des liquides aromatisés, par exemple au menthol, à la mangue ou à la fraise, non parce que les arômes sont jugés nocifs en eux-mêmes, mais parce qu’ils attirent toute une génération de jeunes qui deviennent dépendants à la nicotine, effaçant des années de progrès contre la cigarette.

Un succès remarquable chez les jeunes

Un lycéen sur quatre vapotait en 2019 aux États-Unis, selon une enquête publique annuelle, a annoncé le département de la Santé en révélant des résultats préliminaires -contre un sur cinq en 2017-2018. Tous les goûts autres que le goût tabac seront prochainement retirés du marché, a expliqué le secrétaire à la Santé, Alex Azar. Le texte paraîtra dans “plusieurs semaines” et entrera en vigueur 30 jours plus tard. Les produits aromatisés au tabac pourront continuer à être vendus mais devront demander une autorisation de mise sur le marché d’ici mai 2020.

“Nous avons l’intention de faire sortir du marché les e-cigarettes aromatisées afin de renverser l’épidémie très inquiétante d’usage d’e-cigarettes chez les jeunes”, a déclaré Alex Azar. Jusqu’à présent, ces produits étaient distribués dans un relatif laxisme. La FDA veut désormais strictement contrôler le marché.

Le ministre de la Santé a directement accusé l’administration de Barack Obama d’avoir laissé libres les fabricants dans l’espoir que les fumeurs se mettent à vapoter à la place, le vapotage étant considéré comme une méthode moins nocive, comparable aux patchs et gommes à la...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post