Trump a traité Pence de “mauviette” le jour de l’assaut du Capitole

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
ALYSSA POINTER / REUTERS
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour sa troisième audience publique, jeudi 16 juin, la commission d’enquête s’est penchée sur les pressions exercées – sans succès – par Donald Trump sur son vice-président le jour de la certification des résultats de l’élection présidentielle, bouleversée par l’assaut contre le Capitole.

“Le président Donald Trump savait que son plan visant à renverser l’élection de 2020 était illégal, mais il a quand même fait pression sur le vice-président Mike Pence, avant de lancer à ses trousses une horde violente, face à son refus d’obtempérer”, résume le New York Times.

Selon les résultats de l’enquête, Trump savait que les émeutiers étaient entrés dans le Capitole quand il a envoyé un tweet mettant directement en cause Mike Pence, obligeant ce dernier à s’enfuir et à se cacher pour “sauver sa vie”, se retrouvant à “une douzaine de mètres de la foule, qui réclamait son exécution”, ajoute le quotidien new-yorkais. Selon la commission, “si le groupe d’extrême droite Proud Boys et d’autres émeutiers avaient trouvé M. Pence, ils l’auraient tué”.

“Trahison”

Le tweet en question – “Mike Pence n’a pas eu le courage de faire ce qui était nécessaire” – avait eu un effet immédiat sur la foule en colère, renchérit Rolling Stone. “La commission a montré des clips vidéo de partisans de Trump, devant le Capitole, ulcérés de la ‘trahison’ de Pence juste après l’envoi du tweet”, écrit le magazine.

“La situation était déjà difficile, mais j’ai eu l’impression qu’avec ce tweet il jetait de l’huile sur le feu”, a témoigné Sarah Matthews, ancienne assistante au service de presse de la Maison-Blanche.

Dans la matinée du 6 janvier, un appel téléphonique entre Donald Trump et Mike Pence avait déjà tourné au vinaigre, selon plusieurs témoignages recueillis par la commission. Constatant que son vice-président n’avait pas l’intention de s’opposer à la certification des résultats de l’élection, Donald Trump l’avait, entre autres insultes, traité de “mauviette”, selon un assistant du président cité par The Hill.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles