Trump a signé un décret pour "acheter US, embaucher US"

Donald Trump a signé mardi un décret censé inciter les entreprises à "Acheter américain et embaucher américain", en changeant notamment un programme de visa temporaire utilisé pour recruter des travailleurs étrangers hautement qualifiés. /Photo prise le 18 avril 2017/REUTERS/Kevin Lamarque

KENOSHA, Wisconsin (Reuters) - Donald Trump a signé mardi un décret censé inciter les entreprises à "Acheter américain et embaucher américain", en changeant notamment un programme de visa temporaire utilisé pour recruter des travailleurs étrangers hautement qualifiés.

Ce décret, signé à l'occasion d'une visite au siège de Snap-On, un fabricant d'outils du Wisconsin, matérialise le mot d'ordre "America First" sous lequel Trump a placé sa présidence dès son discours d'investiture, le 20 janvier dernier.

Ce nouvel "executive order" réclame aussi que les départements d'Etat, du Travail, de la Justice et de la Sécurité intérieure renforcent les mesures contre "la fraude et les abus" dans le système migratoire pour protéger les employés américains.

Les quatre départements devront proposer des réformes du programme de visas H-1B, afin de garantir que ces laissez-passer ne soient octroyés qu'aux plus qualifiés et aux mieux payés des travailleurs étrangers.

Les visas H-1B sont destinés aux étrangers dans des métiers "spécialisés" requérant des diplômes de l'enseignement supérieur. Ils concernent notamment des scientifiques, des ingénieurs et des programmeurs informatiques.

Le gouvernement utilise un système de loterie pour allouer chaque année 65.000 visas de ce type, et en octroyer 20.000 autres à des travailleurs étudiants.

"A l'heure actuelle, les visas H-1B sont attribués par une loterie totalement aléatoires et c'est mal. Ils devraient au contraire être donnés aux postulants les plus qualifiés et les mieux payés et ne devraient jamais, jamais être utilisés pour remplacer des Américains", a déclaré Trump.

Les entreprises disent utiliser ces visas pour attirer les meilleurs talents mondiaux. Plus de 15% des employés de Facebook aux Etats-Unis disposaient en 2016 d'un visa de travail temporaire, selon un décompté mené par Reuters d'après des rapports du département du Travail.

Mais certains estiment que les entreprises utilisent ces documents de séjour pour employer des travailleurs étrangers à des postes technologiques subalternes, pour des salaires moindres.

(Steve Holland; Julie Carriat et Henri-Pierre André pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages