Trump se dit déçu par son échec sur l'abrogation de l'Obamacare

Donald Trump a exprimé vendredi sa déception après avoir été contraint de retirer un texte de loi abrogeant l'Obamacare. S'exprimant depuis son bureau à la Maison blanche, le président des Etats-Unis a déclaré "avoir beaucoup appris à propos de la loyauté" lors de cette tentative de convaincre les parlementaires d'approuver un projet phare de sa campagne électorale. /Photo prise le 24 mars 2017/REUTERS/Carlos Barria

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a exprimé vendredi sa déception après avoir été contraint de retirer un texte de loi abrogeant l'Obamacare et réformant le système de la couverture santé aux Etats-Unis, faute d'obtenir une majorité à la Chambre des représentants.

S'exprimant depuis son bureau à la Maison blanche, le président des Etats-Unis a déclaré "avoir beaucoup appris à propos de la loyauté" lors de cette tentative de convaincre les parlementaires d'approuver un projet phare de sa campagne électorale.

Donald Trump subit son premier camouflet dans une procédure législative bien qu'il dispose de la majorité à la Chambre des représentants et au Sénat.

Il a expliqué ce revers cinglant par l'opposition ferme des démocrates qui ont refusé de s'associer à son entreprise de démantèlement d'un système de couverture maladie mis en place par Barack Obama il y a sept ans.

Donald Trump s'est également dit étonné par l'opposition de la frange la plus conservatrice du parti républicain, le Freedom Caucus, qui estimait que le futur American Health Care Act n'allait pas assez loin et constituait une version allégée de l'Affordable Care Act d'Obama.

Interrogé sur le blocage imposé par les tenants de la ligne dure chez les républicains, le président a déclaré : "je ne me sens pas trahi. Ce sont mes amis. Je suis déçu car j'aurais pu réussir. Je suis un peu surpris pour être honnête".

"On y était presque, c'était à notre portée", a-t-il déploré. "Mais je pense qu'une loi encore meilleure sortira de tout cela parce qu'il y avait des choses dans cette loi que je n'aimais pas particulièrement".

Le milliardaire new-yorkais a fait campagne sur la promesse de réussir à conclure des accords importants avec le Congrès mais, dépourvu de toute expérience politique, il fait depuis son arrivée à la Maison blanche l'apprentissage des contre-pouvoirs que sont le Congrès et l'appareil judiciaire.

"Nous avons beaucoup appris. Nous avons beaucoup appris concernant la loyauté. Nous avons beaucoup appris sur le fonctionnement des arcanes à la fois au Sénat et à la Chambre", a-t-il poursuivi.

Malgré cet échec, le président américain a exprimé son soutien au président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, qui a été un fervent partisan de son projet de réforme du système de couverture maladie.

"J'apprécie le président Ryan. Il travaille très très dur. Il y a beaucoup de clans. Et l'histoire est longue des amitiés et des inimitiés même à l'intérieur du parti républicain, bien avant que je sois ici", a-t-il reconnu.

En privé, Donald Trump a confié à des proches qu'il aurait dû engager la réforme fiscale avant de se lancer dans l'abrogation de l'Obamacare.

"Nous allons probablement nous occuper de la réforme fiscale maintenant. C'est la prochaine chose que nous allons faire", a dit Trump.

(Pierre Sérisier pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages