Trump retweete, puis supprime, une vidéo d'un de ses partisans criant "white power"

Le président des Etats-Unis a publié dimanche un message reprenant une vidéo sur laquelle on entend clairement un de ses partisans prononcer à deux reprises le slogan raciste. Il l'a ensuite supprimée.

Un tweet présidentiel vient s'ajouter à la longue litanie des clins d'œil et allusions xénophobes ou ouvertement racistes dont Donald Trump s'est fait une spécialité. Dimanche, le président des Etats-Unis a retweeté une vidéo sur laquelle un de ses partisans crie «white power!» en réponse aux interpellations de manifestants anti-Trump. «White power» est de longue date le slogan des suprémacistes blancs. L'homme qui le répète à deux reprises le fait dans les premières secondes de la vidéo de deux minutes, aussi paraît-il peu plausible que le milliardaire n'ait pas entendu cette injonction raciste s'il a regardé la vidéo.

La vidéo a été tournée dans une communauté floridienne destinée aux retraités, The Villages, située à une centaine de kilomètres au nord d'Orlando. Ce «village» de plus de 50 000 habitants est un réservoir d'électeurs conservateurs qui a contribué à la victoire de Trump dans l'Etat lors de la dernière présidentielle, rapportait en 2017 le «Tampa Bay Times». Une minorité d'opposants tente toutefois de s'y faire entendre, ce qui suscite de fortes tensions. Ed McGinty, un septuagénaire résidant dans les Villages, mène la fronde depuis plusieurs mois, décorant sa voiturette de golf -le moyen de transport privilégié au sein de la communauté- de messages anti-Trump. Il en a fait les frais : objet de menaces, selon le «Washington Post» en février, il a récemment indiqué sur Twitter avoir reçu un «bon coup de poing» de la part d'un «supporter de Trump».

Un tweet qui intervient alors qu'une nouvelle polémique menace la Maison-Blanche

Trump ne fait pas directement référence au slogan «white power» dans son propre message, qui «cite» la vidéo où l'on peut entendre le cri de ralliement raciste. «Merci aux(...)


Lire la suite sur Paris Match