Trump pourrait gracier une centaine de personnes pour son dernier jour de pouvoir

Source AFP
·1 min de lecture
Le président sortant a été mis en accusation pour « incitation à l'insurrection » après les événements de Washington. (Illustration)
Le président sortant a été mis en accusation pour « incitation à l'insurrection » après les événements de Washington. (Illustration)

Et si Donald Trump, qui passe, mardi 19 janvier, sa dernière journée à la Maison-Blanche, effectuait un dernier pied de nez à ses adversaires ? Le président pourrait profiter de ces ultimes instants pour utiliser largement son pouvoir de grâce. Le milliardaire républicain pourrait frapper un grand coup en graciant jusqu'à une centaine de personnes, selon plusieurs médias. Lundi, il a annoncé la levée prochaine de l'interdiction d'entrée pour les voyageurs européens et brésiliens afin de lutter contre le coronavirus, une mesure immédiatement rejetée par son successeur, Joe Biden.

Ces derniers mois, Donald Trump a exonéré des collaborateurs et des proches, certains ayant été condamnés dans le cadre de l'enquête sur une possible collusion entre la Russie et son équipe de campagne en 2016. Ces grâces pourraient concerner Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, le rappeur Lil Wayne, qui risque jusqu'à 10 ans de prison pour possession d'une arme à feu, un célèbre médecin de Floride condamné pour fraude ou son ancien conseiller tombé en disgrâce Steve Bannon.

Le président mis en accusation après les événements de Washington

Donald Trump pourrait aussi se gracier lui-même, des membres de sa famille ou certains des assaillants contre le Capitole le 6 janvier, quand des centaines de partisans de Donald Trump avaient envahi le siège du Congrès pour tenter d'invalider la victoire de Joe Biden. Cinq personnes sont mortes dans les violences. Le président sortant, qui av [...] Lire la suite