Trump nie toute responsabilité et brandit la "colère" de ses électeurs

·2 min de lecture

A une semaine de son départ de la Maison-Blanche, Donald Trump a attaqué les démocrates mardi, tout en refusant d'être tenu pour responsable de l'émeute au Capitole mercredi dernier.

Plus isolé que jamais, banni des réseaux sociaux, abandonné par deux de ses banques, boycotté par la prestigieuse Professional Golfers' Association, Donald Trump n'est pas prêt à reconnaître la moindre responsabilité dans l'émeute qui s'est déroulée mercredi dernier au Capitole. Quittant la Maison-Blanche mardi matin pour un déplacement au Texas, le président des Etats-Unis s'est montré incapable d'admettre qu'il était allé trop loin en demandant à ses partisans de marcher sur le Capitole. «Si vous lisez mon discours, et plein de gens l'ont fait, (...) ça a été analysé et les gens pensent que ce que j'ai dit était parfaitement approprié. (...) Ils ont analysé mon discours, et mes mots, et mon dernier paragraphe et absolument tout le monde pense que c'était totalement approprié», a affirmé le milliardaire avant d'embarquer à bord d'Air Force One.

Dans son discours du 6 janvier, Donald Trump a incité la foule à se battre «comme des diables» et à agir pour «stopper le vol» de l'élection présidentielle, pourtant nettement remportée par Joe Biden. Avant d'appeler les manifestants à se rendre au Capitole -promettant, de manière mensongère, qu'il les accompagnerait personnellement- Donald Trump a également fait allusion aux risques que prenaient selon lui les élus républicains qui refuseraient de se joindre à sa tentative de subvertir l'élection. Ces réfractaires seraient «plus courageux», en un sens, car ils risqueraient de subir les foudres des électeurs de Trump. «Je crois que beaucoup de ces gens vont s'en rendre compte», a-t-il ajouté, dans un avertissement menaçant. Quelques minutes plus tard, l'assaut contre le Capitole commençait.

Ses adversaires sont responsables de la "colère" des pro-Trump, assure le(...)
Lire la suite sur Paris Match