Trump et l’Arabie saoudite intensifient la confrontation face à l'Iran en Syrie

Olivier d'Auzon
1 / 2

Trump et l’Arabie saoudite intensifient la confrontation face à l'Iran en Syrie

Le roi de l'Arabie Saoudite, Salman bin Abdulaziz Al Saud (centre droit, avec la tête blanche), donne au président américain Donald Trump (centre gauche) une visite lors d'une cérémonie de bienvenue au palais Al Murabba à Riyad, en Arabie Saoudite le 20 mai 2017. REUTERS / Jonathan Ernst

La défaite probable des djihadistes ouvre la perspective d'une voie de ravitaillement terrestre directe, allant de Téhéran à la Méditerranée.

Le désert syrien, que l'on qualifiait jusqu'ici de "Syrie inutile", devient hautement stratégique, notamment pour Téhéran.

Pour empêcher la concrétisation de ce projet, Washington a pour objectif de contrôler la frontière syro-irakienne. Pour cela, il n'a pas hésiter à former, dans la région de Zarqa, en Jordanie, une force rebelle et tribale syrienne, forte de 4500 hommes, épaulés par des commandos des forces spéciales américaines et britanniques.

Du reste, plusieurs pays membres de l'Otan auraient été mis à contribution pour entraîner et équiper cette force pro-américaine, qui a été déployée dans la région d'al-Tanaf. Washington, en appuyant la rébellion syrienne, ne cherche pas à abattre l'Etat islamique (les Kurdes et le régime s'en chargent), mais à contrarier le projet iranien de corridor vers la Méditerranée.

La stratégie d'endiguement de l'Iran a été confirmée par l'annonce de la création d'une "force de réserve" arabo-musulmane de 34 000 hommes, à l'issue du sommet américano-islamique de Riyad, présidé par Donald Trump et le roi Salman d'Arabie saoudite, les 19 et 20 mai 2017, avec la participation de 55 Etats.

A cette occasion, plus de 300 milliards de contrats commerciaux signés par Washington, dont un tiers de ventes d'armement, et les Etats participants à cet embryon "Otan arabo-musulmane» n'ont pas manqués d'appeler les nations arabes à combattre le terrorisme islamiste et à endiguer l'Iran.

"Malgré les bombardements américains, l'armée syrienne et ses alliés ont continué leur progression"

Quoi qu'il en soit, "Malgré les bombardements américains, l'armée syrienne et ses alliés ont continué leur progression", assure le général libanais à la retraite Elias Farhat. Et ce dernier de préciser que les opérations ont pour but de nettoyer les zones désertiques de toute présence djihadiste afin d'empêcher le...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages