Trump juge que son discours du 6 janvier était totalement "approprié"

·2 min de lecture
TRUMP JUGE QUE SON DISCOURS DU 6 JANVIER ÉTAIT TOTALEMENT "APPROPRIÉ"

BASE AERIENNE ANDREWS, Maryland/WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump, qui fait l'objet d'une procédure de destitution pour "incitation à l'insurrection", a nié mardi toute responsabilité dans les violences commises mercredi dernier par ses partisans au Capitole et a affirmé que le discours qu'il a prononcé peu avant était "approprié".

Le président sortant, dont le mandat s'achève dans huit jours, a alors exhorté la foule à marcher sur le Capitole et à se battre, alors que les parlementaires étaient en train de certifier le résultat de l'élection présidentielle du 3 novembre remportée par Joe Biden.

"Si vous lisez mon discours (...), ce que j'ai dit était tout à fait approprié", a-t-il déclaré à la presse.

"Ils (des tiers non identifiés, ndlr) ont analysé mon discours et mes propos, et mon dernier paragraphe, ma dernière phrase, et tout le monde (...) a pensé que c'était tout à fait approprié", a poursuivi Donald Trump, qui s'exprimait sur la base aérienne d'Andrews, avant de se rendre au Texas pour apposer sa signature sur le mur édifié à la frontière mexicaine qui était l'un de ses principales promesses électorales de 2016.

Les élus démocrates de la Chambre des représentants comptent voter sa mise en accusation mercredi, ce qui ferait de lui le seul président des Etats-Unis à avoir fait l'objet de deux procédures de destitution.

L'ancien magnat de l'immobilier ne s'était pas exprimé publiquement depuis les violences de la semaine dernière, qui ont fait cinq morts. Il les a toutefois condamnées par le biais d'une vidéo diffusée jeudi, mais n'a toujours pas reconnu la victoire électorale de Joe Biden.

Le président, que Twitter et Facebook ont banni après l'intrusion de ses partisans au Capitole, a en outre reproché mardi aux géants du numérique de semer la discorde.

"Je pense que la Big Tech fait une chose horrible contre notre pays et à notre pays, et je pense que ce sera une erreur catastrophique pour eux. Ils divisent et divisent encore", a-t-il ajouté.

(Steve Holland et Tim Ahamnn avec Nandita Bose, version française Jean-Stéphane Brosse et Jean-Philippe Lefief)