Publicité

Trump sera jugé au pénal mi-avril à New York

L'ancien président des Etats-Unis Donald Trump lors d'une audience du tribunal pénal de Manhattan, le 25 mars 2024 à New York (Spencer Platt)
L'ancien président des Etats-Unis Donald Trump lors d'une audience du tribunal pénal de Manhattan, le 25 mars 2024 à New York (Spencer Platt)

Donald Trump sera jugé au pénal à partir de mi-avril à New York, une première historique pour un ex-président américain, qui a bénéficié lundi d'un répit financier en appel dans un autre procès civil qui l'avait vu condamné à un demi-milliard de dollars d'amende.

Dans une ambiance électrique au tribunal pénal de Manhattan, l'ex-locataire de la Maison Blanche qui rêve d'y retourner, l'air renfrogné et visiblement exaspéré, s'est accroché avec le juge Juan Merchan qui a décidé que l'affaire de paiements à une actrice de films pornographiques en 2016 serait bien jugée à partir du 15 avril.

"Je ne comprends pas comment on peut avoir un procès en pleine élection. C'est injuste", a protesté le candidat républicain au scrutin de novembre devant la presse, dans son immeuble de Wall Street.

Mais le juge Merchan lui a clairement fait comprendre dans le prétoire qu'il n'ajournerait pas de nouveau ce procès pénal qui devait initialement commencer ce lundi.

M. Trump est accusé dans cette affaire d'avoir maquillé les comptes de son groupe immobilier Trump Organization pour rembourser son ancien avocat devenu son ennemi juré, Michael Cohen, à qui il avait demandé de verser 130.000 dollars à l'actrice de films pornographiques Stormy Daniels, juste avant la présidentielle de 2016.

Donald Trump nie avoir eu un rapport sexuel en 2006 avec cette femme, Stephanie Clifford de son vrai nom, qui aurait reçu cette somme pour taire leur liaison alors que l'homme d'affaires était déjà remarié à Melania Trump.

- Première historique judiciaire -

Un tel procès pénal sera une première historique pour un ancien président des Etats-Unis. Dans cette affaire, le magnat de l'immobilier est inculpé de 34 fraudes comptables punies d'une peine maximale de quatre ans de prison dans les cas les plus graves.

Mais, souligne auprès de l'AFP le professeur de droit de l'université de Virginie (est), Carl Tobias, Donald "Trump a déjà dit qu'il ferait appel ce qui risque de repousser encore la date du 15 avril".

Inculpé dans quatre affaires pénales et déjà condamné à de très lourdes amendes dans deux procès civils, Donald Trump a toutefois eu lundi une bonne nouvelle financière par la justice de New York.

Une juridiction d'appel a ramené à 175 millions de dollars sous dix jours la caution judiciaire qu'il doit apporter pour garantir le paiement d'un total de 464 millions de dollars d'amendes et d'intérêts auxquels lui et ses fils Eric et Don Jr. ont été condamnés en février pour fraudes financières au sein de la Trump Organization.

- Caution de 175 millions -

M. Trump a dit "respecter profondément la décision d'appel" et assuré qu'il déposerait "175 millions de dollars en liquide, en obligations ou en actions, ou tout ce qui est nécessaire, très rapidement, dans les dix jours".

Il avait de fait jusqu'à ce lundi pour fournir cette garantie sous peine de voir la procureure générale de l'Etat de New York Letitia James -- qui le poursuit depuis 2022 et l'a fait condamner le 16 février par le juge new-yorkais Arthur Engoron -- commencer à geler ses comptes et saisir ses biens immobiliers.

Tels que la Trump Tower sur la 5e avenue ou un immeuble de Wall Street.

M. Trump n'a cessé jusqu'à lundi matin de dénigrer les magistrats James et Engoron, "raciste" pour l'une, "corrompu" pour l'autre, et aux mains de la "clique des démocrates" du président Joe Biden, selon ses messages sur son réseau Truth Social.

Ses procès sont "une chasse aux sorcières et un canular", s'est-il encore exclamé en entrant dans la salle d'audience du tribunal pénal de Manhattan.

Une saisie de ses biens immobiliers sonnerait comme une véritable "humiliation", selon le professeur Carl Tobias, et son "image (...) de milliardaire qui a réussi" en serait ternie d'après Andrew Weissmann, ex-procureur fédéral et auteur d'un livre sur les inculpations de l'ancien président (2017-2021).

Donald Trump s'était targué vendredi de disposer de "près de 500 millions de dollars en liquide, dont une partie importante destinée à être utilisée dans (sa) campagne" contre Joe Biden.

Il a bénéficié également vendredi d'une bouffée d'oxygène financière avec un feu vert à l'entrée en Bourse de sa société de médias, Trump Media & Technology Group, qui devrait lui rapporter des milliards de dollars.

Ces derniers événements devraient permettre d'augmenter sa fortune de plus de 4 milliards de dollars selon Bloomberg, lui permettant d'atteindre 6,4 milliards et d'ainsi devenir l'un des 500 hommes les plus riches de la planète.

nr/cha