Trump désormais favorable à un retour de Kaepernick en NFL

AFP
Colin Kaepernick, 32 ans, n'a plus rejoué en NFL depuis le 1er janvier 2017 et une élimination avec San Francisco en play-offs.

ÉTATS-UNIS - Trois ans après l’avoir traité de “fils de pute” pour s’être agenouillé pendant l’hymne américain, Donald Trump a estimé mercredi que Colin Kaepernick devrait avoir une autre chance de jouer en NFL, “s’il en a la capacité”. Interrogé par un journaliste du réseau télévisé Sinclair sur cette possibilité, le président américain a répondu: “Absolument. S’il le mérite, il devrait. S’il en a la capacité”.

“Au-delà de l’agenouillement, j’adorerais le voir bénéficier d’une autre opportunité, mais il doit évidemment être bon”, a-t-il poursuivi. Avant d’affirmer en revanche que “s’il ne joue pas bien, ce serait très injuste” de lui donner sa chance.

Quatre ans qu’il ne joue plus en NFL

Kaepernick, 32 ans, n’a plus rejoué en NFL depuis le 1er janvier 2017 et une élimination avec San Francisco en play-offs. Au cours de cette saison débutée quatre mois plus tôt, il s’était agenouillé avant les matches pour protester contre les violences policières faites aux Noirs.

 

Ce mouvement avait été suivi par d’autres joueurs. Et, outre son insulte proférée lors d’un meeting dans l’Alabama en 2017, Donald Trump, soutenu politiquement par plusieurs propriétaires de franchises, avait estimé que ceux faisant selon lui un tel affront au drapeau devraient être “licenciés”.

En fin de contrat, Kaepernick n’avait pas été conservé par les 49ers, et aucun club n’a souhaité le recruter. Le quarterback est alors entré en conflit contre la NFL, estimant qu’on lui refusait injustement un emploi, avant de trouver un arrangement à l’amiable début 2019. Après quoi, la ligue a organisé un entraînement pour qu’il parvienne à convaincre des franchises de l’engager. En vain.

L’agenouillement devenu symbole de protestation

Le nom de Kaepernick et son genou à terre ont été réhabilités ces dernières semaines, lors des très nombreuses manifestations contre l’injustice sociale et raciale survenues aux Etats-Unis et dans le monde après la mort de George Floyd, lors de son interpellation à Minneapolis le 26...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post