Trump au bord du naufrage avec sa 2e destitution, les républicains quittent le navire

Maxime Bourdeau
·Correspondant
·1 min de lecture
Trump frôle le naufrage avec sa 2e destitution, les républicains quittent le navire (photo d'illustration de Donald Trump dans le Maryland le 2 octobre 2018. MANDEL NGAN / AFP / MAXIME BOURDEAU / LE HUFFPOST) (Photo:  MAXIME BOURDEAU/LE HUFFPOST avec AFP)
Trump frôle le naufrage avec sa 2e destitution, les républicains quittent le navire (photo d'illustration de Donald Trump dans le Maryland le 2 octobre 2018. MANDEL NGAN / AFP / MAXIME BOURDEAU / LE HUFFPOST) (Photo: MAXIME BOURDEAU/LE HUFFPOST avec AFP)

ÉTATS-UNIS - Cela commence à sentir le roussi. Une semaine à peine avant que Joe Biden devienne officiellement le 46e président américain, Donald Trump a bien du souci à se faire pour sa fin de mandat.

Depuis l’inimaginable attaque du Capitole mercredi 6 janvier, le républicain -accusé d’avoir attisé les violences- a vu les mesures de rétorsion pleuvoir à son encontre. Privé de réseaux sociaux, les plateformes prisées de ses supporters débranchées d’internet, ses banques lui tournant le dos... l’ancienne star de télé-réalité est soudainement considérée comme un paria.

Mais ce sont les condamnations et répercussions politiques qui semblent ce mardi 12 janvier les plus inquiétantes pour celui qui promettait depuis 2015 de “rendre à l’Amérique sa grandeur”. Le 45e président des États-Unis est en effet bien parti pour devenir ce mercredi le premier de l’Histoire à être à deux reprises “impeached”, c’est-à-dire mis en accusation au Congrès en vue d’une destitution. Et cette fois, la procédure est mieux engagée que jamais pour aboutir.

“Il a allumé la mèche”

Liz Cheney, la numéro trois des républicains à la Chambre des représentants, a en effet annoncé mardi qu’elle voterait en faveur de la mise en accusation de Donald Trump pour “incitation à l’insurrection” liée aux violences du Capitole.

Dans un communiqué cinglant, l’élue qui représente l’État extrêmement conservateur du Wyoming, affirme que l’attaque du siège du Congrès, en pleine séance extraordinaire le 6 janvier pour confirm...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.