Troyes : une prof de pole dance refuse l'accès à ses cours aux personnes vaccinées

·1 min de lecture

Polémique dans une école de danse de Troyes. Le mail reçu par les élèves du studio Pole dance a bien du mal à passer. Dans ce courrier, la directrice et enseignante de l'établissement Aurane Denaux leur annonce que les personnes vaccinées contre le Covid-19 se verront refuser l'accès aux cours, rapportent L'Est Éclair et L'Union. "Je ne comprends pas, je suis restée bouche bée à la lecture du mail que la directrice nous a envoyé", dénonce Anouk, une élève.

Une décision qu'elle estime être "en parfait accord avec les choix que j’ai fait pendant cette période". Pour justifier ce refus d'accueillir les élèves vaccinés, Aurane Denaux avance "les milliers d’effets secondaires réels à ce jour et non communiqués, y compris sur la santé des femmes, et je ne peux pas y être insensible".

>> A lire aussi - Covid-19 : les fabricants de vaccins priés de partager leurs vaccins avec Covax

La fondatrice de l'école indique avoir lu "de nombreux éléments et informations" au sujet des vaccins, sans toutefois donner une seule source de ce qu'elle avance. "Le vaccin a une autorisation de mise sur le marché conditionnelle, c’est-à-dire qu’il est actuellement en phase 3 de test, en expérimentation sur des millions de personnes jusqu’en 2023. Aucun spécialiste à ce jour n’est en mesure de confirmer ses effets, tant sur la santé que sur la contamination", affirme-t-elle dans son mail.

Les élèves vaccinés pourront néanmoins suivre des cours en visio, précise la direction de l'école. Quant à la reprise (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les demandes de renouvellement de passeport explosent à l'approche de l'été
Amazon pourrait échapper à la future taxe mondiale sur les sociétés
Carrefour : la cliente soupçonnée d'injures racistes contre une caissière en garde à vue
Dernier jour pour votre déclaration de revenus, la liste des pays où vous pouvez vous rendre dès le 9 juin… Le flash éco du jour
Gigantesque coup de filet mondial contre le crime organisé