"Trouvez 11000 bulletins" : enquête ouverte en Géorgie sur l’appel de Donald Trump

·2 min de lecture

Une enquête a été ouverte sur l’appel passé par Donald Trump au secrétaire d’Etat de Géorgie, Brad Raffensperger, lui demandant de «trouver 11 000 bulletins» pour refaire son retard dans l’élection perdue.

Jugé devant le Sénat, et objet d’une enquête en Géorgie. Mercredi, plusieurs officiels de l’Etat du Sud ont reçu un courrier de la part de Fani T. Willis, procureure du comté de Fulton, leur demandant de conserver les documents liés à l’appel passé par Donald Trump à Brad Raffensperger, secrétaire d’Etat de Géorgie, début janvier, dans le cadre d’une «enquête criminelle» en cours, rapporte le «New York Times». Une enquête administrative a déjà été ouverte cette semaine par Brad Raffensperger, rappelle le quotidien.

L’appel en question remonte au 2 janvier dernier. L’élection était déjà perdue, la victoire de Joe Biden validée devant le collège électoral mais le président sortant n’en démordait pas : sa défaite ne pouvait être causée que par une fraude massive, surtout dans un bastion républicain comme la Géorgie. Au téléphone avec l’élu républicain qui était en charge des élections, le milliardaire a martelé : «Tout ce que je veux, c’est trouver 11 780 bulletins (…) parce que nous avons gagné cet Etat (…) Vous savez ce qu’ils ont fait et vous n’en parlez pas. C’est un délit, vous ne pouvez pas laisser ça avoir lieu, c’est un gros risque pour vous», avait-il lancé, menaçant.

Un "abus de pouvoir éhonté" selon Kamala Harris

L’enregistrement de l’appel avait été diffusé par le «Washington Post» alors que Donald Trump allait se rendre en Géorgie, où deux élections sénatoriales allaient avoir lieu. Mais devant le public, Donald Trump n’avait que peu évoqué les candidats républicains Kelly Loeffler et David Perdue, se concentrant sur ses accusations non fondées de fraude électorale : «On n’a pas pu perdre la Géorgie. Impossible. C’était une élection truquée. (…) J’ai eu des deux élections. Je les ai gagnées toutes les deux.(...)


Lire la suite sur Paris Match