Trouver le job parfait en fonction de sa personnalité

Photo ElisaRiva / Pixabay / CC

Eva Asselmann est professeure de psychologie différentielle et de la personnalité à l’université de Potsdam. Elle vient de publier un livre, “Où nous grandissons” (inédit en français), dans lequel elle explique comment notre personnalité est façonnée et comment cela affecte notre vie professionnelle. Le quotidien Die Welt, qui l’a interviewée, rappelle que Jaap Denissen, professeur de psychologie du développement à l’université d’Utrecht, aux Pays-Bas, avait déjà montré que les personnes qui ont un travail correspondant à leur personnalité gagnent jusqu’à un mois de salaire en plus par an.

Eva Asselmann va dans le même sens et explique qu’il existe les “Big Five”, cinq traits de personnalité marquants : l’ouverture à de nouvelles expériences, le sens de l’organisation et la précision, l’extraversion, l’agréabilité et la stabilité émotionnelle. Ces cinq composantes ont été mises en avant par Lewis Goldberg en 1981 puis par Costa et McCrae dans les années 1987-1992. Aujourd’hui, il est facile de déterminer son profil psychologique en faisant des tests assez simples. On peut ensuite déduire quel type de travail nous convient. Et s’il nous convient davantage, nous en tirerons une plus grande satisfaction, nous serons meilleurs et nous gagnerons plus, avance Eva Asselmann.

“Il y a souvent une forte correspondance entre les compétences et le plaisir. En d’autres termes : les choses que nous aimons faire, nous les faisons bien. Il est donc logique d’aller dans ce sens.”

Selon elle, les personnes les plus ouvertes aux autres sont souvent les plus créatives et doivent absolument fuir la routine et les tâches répétitives, tandis que les personnes les plus agréables excellent dans le travail d’équipe, mais, ne sachant pas bien négocier, sont souvent mal payées.

Pour autant, pas question de se mettre des limites et de ne pas relever de défis. Ce n’est pas parce qu’une tâche nous semble difficile qu’on ne peut pas y arriver. Eva Asselmann donne trois conseils pour y parvenir :

  • “Lorsque nous croyons en nous et en nos compétences, nous sommes beaucoup plus susceptibles de faire avancer les choses.”

  • “Il ne faut pas se condamner pour ses erreurs, mais les voir comme quelque chose qui aide à faire mieux la prochaine fois.”

  • “Un bon exercice consiste aussi à désamorcer les pensées : au lieu de penser au scénario du pire, vous pouvez aussi imaginer le scénario du meilleur.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :