Les trous noirs seraient chauves, contrairement à ce que pensait Stephen Hawking

Grégory Rozières

ESPACE - Il y a quatre ans, 1000 chercheurs réussissaient pour la première fois à détecter les ondes gravitationnelles émises par la fusion de deux trous noirs. Un événement historique, qui a valu aux trois instigateurs le prix Nobel en 2017 pour la création des machines ayant permis cette détection, Ligo et Virgo, des structures gigantesques appelées interféromètres.

La détection de ces premières ondes gravitationnelles, aussi révolutionnaire que l’invention du télescope, ouvre la porte à une nouvelle astronomie qui s’améliorera dans les années à venir avec de nouveaux instruments et l’amélioration de Ligo et Virgo. En attendant, une équipe de chercheurs a réussi à détecter quelque chose de nouveau dans ces premières ondes gravitationnelles. Ils ont réussi à y observer un tout jeune trou noir. Sa particularité? L’absence de “cheveux”, rapportent Ars Technica et Live Science, ce mardi 17 septembre.

Vue d'artiste de la fusion de deux trous noirs

Dit comme cela, voilà qui peut sembler bizarre, mais il existe vraiment un “théorème de la calvitie” dans la théorie de la relativité générale qui affirme que les trous noirs doivent être “chauves”. Un théorème auquel ne croyait pas Stephen Hawking. C’est évidemment une analogie. Elle signifie, si la théorie est juste, que ces objets si étranges sont très simples et se ressemblent énormément.

Pour confirmer cette théorie, les chercheurs ont réétudié les données capturées par Ligo et Virgo, a précisé à Live Science Maximiliano Isi, auteur principal de l’étude. Mais ils y ont trouvé une information cachée, une harmonique jusque-là passée inaperçue.

Imaginez une cloche

C’est le meilleur moyen de comprendre tout cela sans avoir de connaissance en physique quantique. Quand cette cloche sonne, le son se propage dans l’air, ce sont les vagues sonores. Il est possible, en analysant ce son, d’en apprendre beaucoup sur la cloche.

Mais quand la cloche sonne, elle émet aussi des ondes gravitationnelles, en quantité beaucoup, beaucoup plus faible. Ligo et Virgo n’ont pu détecter les...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post