Troubles de l’humeur : la bipolarité expliquée

Getty
Getty

On recense dans le monde plus de 60 millions de personnes atteintes de troubles bipolaires ; 600 000 personnes rien qu’en France.

C’est quoi, être bipolaire ?

Définie comme « maladie de l’humeur » par le Docteur Maxime Bubrovszky de l’EPSM de Lille, les troubles bipolaires sont caractérisés par des phases dépressives avec « des manifestations de ralentissement, de tristesse, une perte d’investissement (…) ce qui fait une dépression assez classique. Et d’autre part, des moments où les gens vont présenter ce que l’on appelle des épisodes maniaques, qui sont le contraire de la dépression, avec des symptômes qui relèvent de l’exaltation, de l’euphorie (…) avec des conséquences souvent graves pour les sujets dans ces moments maniaques ».
Si les fluctuations de l’humeur sont normales chez l’être humain, dans le cas de la bipolarité, « c’est à la fois l’intensité et la continuité des symptômes qui va faire la maladie. C’est vraiment une dérégulation de l’humeur ».

Poser un diagnostic



Vivre en société, c’est possible ?

« La gravité de la maladie, comme beaucoup de maladies en psychiatrie, va être très différente d’un patient à l’autre. La gravité peut être variable d’un épisode à un autre (…) C’est difficile à prévoir. Les déterminants de la maladie et les déterminants des épisodes sont des choses très variables », explique le Docteur Bubrovszky.
Pierre Coubelle, est référent Nord de l’association Argos2001 . Bipolaire depuis l’adolescence mais diagnostiqué officiellement à 45 ans, Pierre assume aujourd’hui sa maladie. Avec son association, il organise des groupes de paroles pour « échanger, partager et s’entraider ». Pour Pierre, il s’agit surtout de cesser « d’être honteux d’être malade » et de mettre en lumière ce qu’il qualifie « d’handicap invisible ». Sujettes au stress, avec parfois de gros problèmes de confiance en eux, les personnes malades sont parfois reconnues comme invalides et stoppent prématurément leurs carrières professionnelles. C’est le cas de Pierre, reconnu invalide depuis 2 ans, après une carrière professionnelle riche en expériences et succès divers, selon son propre aveu.

Ils sont célèbres et bipolaires

Mais que l’on ne s’y trompe pas ! Bon nombres de personnes bipolaires ont occupé et occupent encore des rôles majeurs dans notre société, dans des domaines très différents ! Winston Churchill, Marylin Monroe, Claude Monet étaient bipolaires. Le célèbre peintre Vincent Van Gogh était lui aussi maniaco-dépressif. Le 30 mars, jour de naissance de l’artiste hollandais, a d’ailleurs été choisi pour la journée mondiale des troubles bipolaires.

Et les proches, on en parle ?

Comme bon nombres de maladies psychiques, la bipolarité est encore taboue et difficile à aborder. Voilà pourquoi, l’association Argos2001 organise régulièrement des temps de paroles ouverts aux malades et à leurs proches. Des conférences grands publics sont également organisées afin de mieux comprendre la maladie et mieux l’appréhender . Les proches, la famille, les aidants d’une manière générale, s’interrogent eux aussi : comment se faire entendre par son mari, sa femme, sa sœur, son ami, lorsque ce(te) dernier(e) est en phase maniaque ? Est-il possible d’anticiper toute forme de dépression ou d’exaltation ? Peut-on livrer nos états d’âmes à la personne concernée ?
Autant de questions qui n’ont pas toujours de réponses. Pourtant, l’entourage est un pilier sur lequel doivent pouvoir se reposer les personnes malades ; un repère stable dans une vie qui ne l’est pas …

Kelly O’Neill

A noter :
Mercredi 6 septembre 2017, 16h00 : Conférence gratuite au LaM à Villeneuve d’Ascq – Repérage précoce et prévention des troubles bipolaires chez les jeunes (en collaboration avec le CREHPSY)