Troubles bipolaires : une étude pointe des mutations génétiques liées à la pathologie

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Selon une recente etude, le deficit d'une proteine semble associe au risque de developper des troubles bipolaires. Cette decouverte permet de progresser dans la comprehension de la pathologie.

De l'euphorie à la dépression, de l'hyperactivité au désespoir. Les patients atteints de troubles bipolaires oscillent entre différents émotions. Que sait-on des causes de cette pathologie ? La combinaison de facteurs environnementaux et de mutations génétiques est évoquée mais on ignore encore ce qui se passe au niveau des neurones des patients concernés et les bases moléculaires de la maladie.

Une étude publiée le 15 novembre 2018 dans la revue Molecular Psychiatry, fait un pas en avant dans la compréhension du trouble. Les chercheurs ont découvert que l'activité et la quantité d'une protéine, appélée CPG2, sont compromises chez les personnes atteintes de troubles bipolaires.

A lire aussi : Enquête de santé: "Sommes-nous tous bipolaires?"

Il y a moins de protéine CPG2 dans le cerveau des patients atteints de troubles bipolaires


L'équipe de scientifiques avait découvert en 2004 le rôle de la protéine CPG2. Il s’agit d’une molécule qui se situe au niveau des synapses neuronales, les zones de communication entre deux neurones, l'une envoie des informations, l'autre les reçoit. CPG2 permet de recycler les récepteurs du glutamate, un neurotransmetteur, qui reçoivent des informations du premier neurone. Le cycle de ces récepteurs du glutamate est essentiel pour une communication correcte entre les neurones.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé la quantité de cette protéine dans le cerveau des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi