Le trou de la Sécu, loin de se reboucher, va encore se creuser en 2024

La dette du système de santé français pourra-t-elle vraiment s’amoindrir un jour ? Plus importante que le budget de l’État chaque année, la Sécurité sociale pèse 700 milliards d’euros de dépenses publiques annuelles, soit près d’un quart du PIB du pays, pointait Le Figaro lundi 4 septembre. Un gouffre financier qui souffre de 8,2 milliards d’euros de déficit cette année, que le gouvernement aimerait reboucher à coups d’économies éparses, mais qui semble voué à se creuser encore et toujours.

Le reflux de la crise sanitaire avait pourtant donné un peu d’espoir, mais, comme un soufflé, l’effet cache-misère a fini par retomber. L'embellie de la masse salariale s’estompe déjà et, d’ici à 2024, la tendance va de nouveau s’inverser, prévient la Cour des comptes. “À partir de 2024, le déficit devrait de nouveau se dégrader à plus de 13 milliards d’euros par an, en raison du déficit croissant de la branche vieillesse et de la progression des dépenses maladie”, annonçait la juridiction financière dans un rapport en mai dernier. Les prochains arbitrages sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) s’annoncent donc tendus, pointent nos confrères, et ce, malgré les effets favorables de la réforme des retraites sur les soldes de la branche vieillesse.

D’après la Cour des comptes, cette mesure ne peut pas rétablir l’équilibre. Entre le “Ségur de la santé”, voté pendant la crise de la Covid-19, qui a augmenté les salaires des professionnels de la santé, la forte croissance (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite