Un trou noir supermassif surpris en train de se déplacer à 175.000 km/h

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

« Ils sont tellement lourds qu’il est forcément difficile de les mettre en mouvement. Ainsi la plupart d’entre eux se contentent de rester sagement à leur place. Mais certains se déplacent », raconte Dominic Pesce, astronome à l’université de Harvard (États-Unis), dans un communiqué. Ils, ce sont les trous noirs supermassifs. Et sur la balance, ils affichent en effet plusieurs millions de fois la masse de notre Soleil.

Après cinq années à comparer méthodiquement les vitesses de trous noirs supermassifs et celles de leurs galaxies hôtes, les chercheurs viennent enfin d’en prendre un en flagrant délit d’errance dans l’espace. Celui de trois millions de fois la masse de notre étoile et qui se trouve au cœur d’une galaxie nommée J0437+2456. Une galaxie située à quelque 230 millions d’années-lumière de notre Terre.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Comprendre le phénomène

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié des trous noirs supermassifs contenant de l’eau dans leur disque d’accrétion — ces structures en spirale aspirées vers l’intérieur du trou noir. Car en tournant, celle-ci émet un rayonnement caractéristique. Les physiciens parlent de maser pour désigner ce type de source naturelle qui peut aider à mesurer très précisément la vitesse d’un trou noir à l’aide d’une technique appelée interférométrie à très longue base – very long basline interferometry, soit VLBI.

Selon des chercheurs de l’université de Harvard (États-Unis), la galaxie J0437+2456 abrite un trou noir supermassif en mouvement. © Sloan Digital Sky Survey
Selon des chercheurs de l’université de Harvard (États-Unis), la galaxie J0437+2456 abrite un trou noir supermassif en mouvement. © Sloan Digital Sky Survey

Sur les dix trous noirs supermassifs étudiés, seulement un a montré des signes de mouvement — une vitesse différente de celle de sa galaxie hôte. À plus de 175.000 km/h tout de même. Et les chercheurs émettent deux hypothèses pour expliquer le phénomène : une collision entre deux trous noirs supermassifs ou...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura