Quand un trou noir dévore une étoile à neutrons

·1 min de lecture
Vue d'artiste d'une fusion entre un trou noir et une étoile à neutrons.
Vue d'artiste d'une fusion entre un trou noir et une étoile à neutrons.

C'est un duo cosmique jamais vu ! Les collaborations scientifiques LIGO (américaine) et Virgo (européenne) viennent d'annoncer la détection de la toute première fusion d'un trou noir et d'une étoile à neutrons, les deux types d'astres les plus denses et les plus mystérieux de notre univers.

Le tout s'est manifesté dans leurs détecteurs sous la forme d'une bouffée d'ondes gravitationnelles : d'infimes ondulations de l'espace-temps se propageant dans l'univers à partir d'événements impliquant des objets très massifs. Le tout premier signal a été enregistré par l'interféromètre Virgo basé près de Pise, en Italie, et par les deux interféromètres américains construits à Livingston, aux États-Unis, le 5 janvier 2020. Un second du même type ayant été capté moins de deux semaines plus tard, le 15 janvier 2020.

Des ondes venues du fond des âges

Après 18 mois de travail et de vérifications, les deux équipes scientifiques rassemblant pratiquement tous les experts de la discipline sont formelles : les deux histoires contées par ces signaux venus du fond des âges sont inédites et de même nature ! Il s'agit, à chaque fois, de la rencontre d'une étoile à neutrons et d'un trou noir qui, après s'être sans doute longtemps tournés autour, ont fini par fusionner. Un scénario prédit par la théorie, mais encore jamais vérifié dans le monde réel.

Dans le premier cas, baptisé GW200105, les astres impliqués pesaient 8,9 masses solaires (soit 8,9 fois la masse du soleil) pour le trou n [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles