Trottinettes électriques en libre-service : "On ne peut pas avoir des systèmes qui fonctionnent de manière sauvage"

franceinfo

Le ministère des Transports reçoit lundi 12 août des victimes d'accidents de trottinettes électriques. Ces particuliers comptent déposer plainte. Cela fait un peu plus d'un an que les trottinettes électriques en libre-service sont arrivées en France. Et de nombreuses villes n'en peuvent plus : engins qui roulent à toute vitesse entre les piétons, stationnements sauvages, accidents... En attendant l'adoption de la loi d'orientation des mobilités (LOM), qui doit fixer un cadre légal à l'utilisation de ce nouveau mode de déplacement urbain, l’intercommunalité Grand Paris Seine Ouest, qui regroupe huit communes des Hauts-de-Seine parmi les 36 communes du département, a décidé depuis juin d'interdire le free floating (libre-service sans borne).

Victor, 20 ans, habite à Boulogne-Billancourt et travaille à Issy-les-Moulineaux. Il utilise régulièrement sa trottinette pour des petits trajets de deux kilomètres. Il a aujourd'hui investi dans une trottinette classique, mais avant l'interdiction fin juin, il utilisait aussi régulièrement les trottinettes électriques en libre-service. "Moi je trouve ça hyper pratique. Mais je peux comprendre qu'il y ait des gens qui n'aiment pas", explique le jeune homme, qui déplore que certains utilisateurs fassent "un peu n'importe quoi" avec leur trottinette. Dominique, 60 ans, en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi