Comment des trolls pro-Israéliens ont créé une fausse information autour de la photo du petit Grégory

·6 min de lecture

L’exemple est un cas d’école de désinformation créée par des militants sur fond de tensions entre Israël et le Hamas : le 21 mai dernier, une publication sur Twitter prétend montrer la photo d’un enfant noyé par l’armée israélienne. Or, cet enfant, c’est le “petit Grégory”, mort en 1984 et dont l’affaire a défrayé la chronique en France. Cette "fausse information" provient d'un groupe Facebook pro-israélien. Un utilisateur de Twitter nous explique son enquête sur cette photo.

MISE A JOUR le 31/5/2021 : Cet article, originalement publié le 28 mai, a été mis à jour le 31 mai avec la réaction d'un administrateur du groupe Facebook "Neurchi de Sionisme Décomplexé".

Le 21 mai dernier, le compte Twitter @HouriaTah (depuis supprimé, mais archivé ici) publie une photo d’un enfant avec une légende en anglais et en arabe indiquant : "Ismail Ashur a été noyé par l'armée d'occupation, mais aucun média sioniste ne le relèvera !"

Problème détecté par de nombreux internautes : il ne peut pas s’agir d’Ismail Ashur, puisque cet enfant sur la photo est Grégory Villemin, dit "le petit Grégory", enfant mort noyé dans des circonstances troubles en 1984 dans une rivière des Vosges, en France, et dont l’affaire n’a toujours pas été élucidée, 37 ans après les faits.

Très rapidement, la photo circule avec deux types de réactions : des internautes "amusés" qui estiment qu’il s’agit d’une "blague" de mauvais goût. Et d’autres qui s’offusquent d’une tentative de désinformation de la part d’un compte pro-palestinien, lequel aurait "inventé" la mort d’un enfant dans le cadre des récentes tensions entre Israël et le Hamas. La publication est relayée plus de 500 fois en l’espace de cinq jours, notamment par des personnalités françaises comme l’avocat Gilles William Goldnadel, le député (LREM) Meyer Habib ou encore le philosophe Raphaël Enthoven, affirmant notamment montrer une propagande venant du Hamas.

"Le texte présentait des incohérences importantes qui ont été un avertissement pour moi"

Parmi les internautes qui repèrent la publication, le compte @EdChirac s’interroge. La personne qui tient ce compte, préférant garder l’anonymat, a expliqué sa démarche à la rédaction des Observateurs de France 24.

Ce qui me fait tiquer, c’est que j’ai remarqué une anomalie dans la formulation du texte : il annonce que le petit garçon est mort "noyé". Quand on suit l’actualité, les enfants à Gaza sont rarement "noyés" par l’armée israélienne, plutôt victimes de bombardements, donc l’information était plutôt surprenante. Et surtout, c’est le caractère "énorme" de cette publication qui m’a interpellé, puisque c’est une référence à l’affaire du petit Grégory qui ressemblait plutôt à une blague de mauvais goût.

Dernier élément important : quelqu’un parlant arabe a lu le texte pour moi. On y a découvert que le texte est écrit au féminin, ce qui n’est pas logique quand on parle d’un petit garçon. Cela ressemblait donc à un texte traduit via Google. Toutes ces incohérences du point de vue de la construction du texte ont été des avertissements qui m’ont donné envie d’en savoir plus.

"Il faut toujours s’intéresser aux profils"

@EdChirac décide donc de passer au peigne fin le profil Twitter de @HouriaTah qui a publié l’image :

Déjà, la date de création du compte était très récente, en mai 2021. Le fameux tweet avec la photo du petit Grégory était le premier qu’il avait rédigé lui-même. Tous les autres étaient des retweets d’internautes pro-palestiniens, ou de médias comme Al-Jazira recensant notamment des violences contre des enfants palestiniens. Tout cela a été fait pour crédibiliser son compte. Finalement, il n’avait que 23 abonnements, et seulement 8 abonnés : c’était un tout petit compte qui semblait sortir de nulle part.

Après avoir alerté des personnalités publiques, dont Gilles William Goldnadel, qu’il s’agissait probablement d’un faux compte, @EdChirac est contacté par un utilisateur de Twitter qui lui envoie des captures d’écran d’un groupe Facebook, "Neurchi de Sionisme décomplexé", un groupe privé sur Facebook qui se présente comme un groupe "de glorification non-critique de l'État d'Israël et de la Terre d'Israël, foyer éternel du peuple juif".

Dans ces captures, on retrouve le tweet en question de @HouriaTah, avec un commentaire incitant à relayer la publication avec pour "objectif : 2000 retweets".

La rédaction des Observateurs de France 24 a pu parler avec l’auteur de ces captures d’écran et recevoir les éléments originaux attestant d’une tentative de pousser artificiellement cette publication. Ce dernier, un certain “J.” affirme même dans un commentaire qu’il est à l’origine de cette fausse information sur Twitter.

Nous avons également pu consulter directement le contenu du groupe Facebook en question ce 28 mai. Aucune trace de la publication n’a pu être retrouvée, bien que celle-ci a pu être supprimée. En revanche, plusieurs publications récentes font directement référence au tweet du "petit Grégory", se félicitant même que la fausse information ait été repérée par Le Point ou Libération, ou se félicitant d’avoir réussi à berner des internautes avec un faux compte pro-palestinien, ou même des médias comme i24.

Dans un message envoyé à la rédaction des Observateurs le 30 mai, un administrateur du groupe, qui a souhaité rester anonyme, a affirmé à la rédaction des Observateurs de France 24 :

"Cette publication ne vient pas du groupe en tant que tel ou de ses modérateurs... mais d’un de ses membres. Tout le monde est libre de publier dans le groupe tant que ça reste dans nos thématiques satiriques et les standards énoncés à l’entrée dans le groupe."

Cet administrateur a affirmé que la publication avait était supprimée dès que son auteur avait reconnu l'avoir postée sur Twitter.

"Si vous voyez une information qui fait appel à vos émotions avant votre raison, cela doit être un signal d’alarme"

Pour @EdChirac, ce type de publication est un danger pour la démocratie :

Je qualifierais ce contenu de "mi-troll, mi-dangereux". Il fait référence à la thématique des enfants, qui n’est pas nouvelle dans le cadre des récents affrontements Israël-Gaza : il y avait déjà eu, il y a quelques jours, une photo prétendant montrer une petite fille qui aurait perdue la vie, mais en fait, il s’agissait d’une photo d’une petite fille russe.

Ici, on fait face à un mouvement au sein de groupes pro-israéliens qui essaient de pousser la logique selon laquelle les comptes pro-palestiniens feraient de la manipulation autour de la mort d’un enfant. Tout cela vise à anticiper un discours de propagande des pro-palestiniens en évoquant de fausses victimes civiles.

L’internaute derrière le compte @EdChirac confie être inquiet que ce type de publication puisse avoir du succès et être relayé par des personnalités publiques influentes, bien que certaines, comme Raphaël Enthoven, ait publié un tweet d’excuse pour avoir relayé la fausse information.

Il poursuit :

À l’approche de l’élection présidentielle de l’année prochaine en France, je crois qu’il faut être particulièrement vigilant par rapport à ces publications : des groupes dans le même esprit pourraient bien créer des faux comptes pour pousser une narration totalement fausse.

Mon conseil, c’est de toujours réfléchir avant de tweeter ou de partager : si vous voyez une information qui fait appel à vos émotions avant votre raison, cela doit être un signal d’alarme.