"Une troisième vague, ça anéantirait pas mal de monde" : à l’hôpital de Melun des soignants inquiets d'une nouvelle hausse des cas de Covid-19

franceinfo
·1 min de lecture

À l'hôpital de Melun, en Seine-et-Marne, le virus hante toujours le service de réanimation du docteur Mehran Monchi. Dans l'une des chambres, un homme allongé sur le ventre, arrivé lundi soir. "C'est une personne de 70 ans qui est ventilée artificiellement", précise le docteur Mehran Monchi. Mais les profils de ses patients sont divers : "Depuis 15 jours on peut aussi bien avoir des personnes de 22 ans pour la plus jeune que des personnes plus âgées. Même si c'est rare, ça existe", rappelle-t-il.

Nous avons une personne de 29 ans qui a été admise pendant la première vague et à nouveau pendant la deuxième vague.

Mehran Monchi, chef de service réanimation

à franceinfo


Entre 8 et 12 patients infectés par le coronavirus sont aujourd'hui dans ce service qui compte 22 lits. Le service a pour le moment la capacité d'accueillir les malades. Mais qu'en sera-t-il après les fêtes de fin d'année ? Le docteur Mehran Monchi ne veut pas parler de troisième vague. "La deuxième vague n'est pas terminée pour l'instant, estime le médecin, donc pour l'instant je n'appelle pas ça la troisième vague puisqu'on n'a pas vraiment eu d'interruption de cette deuxième vague."

Des soignants dévoués mais fatigués

Mais Mehran Monchi voit bien venir une augmentation des malades : (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi