"La Troisième Guerre" nous fait regarder ces soldats de l'opération Sentinelle qu'on ne voit plus

·2 min de lecture

CINÉMA - On en a tous déjà croisés sur votre chemin. Des soldats de l’armée française, arme d’assaut à la hanche. Dans “La Troisième Guerre”, en salles le 22 septembre 2021, le réalisateur italien Giovanni Aloi dévoile le quotidien de ces sentinelles, chargés de patrouiller jours après jours dans les rues. Découvrez des images inédites du long-métrage dans la vidéo en tête d’article.

En 2015, après les attentats contre Charlie Hebdo, que l’ancien Président de la République, François Hollande, renforce la sécurité du territoire en lançant l’Opération Sentinelle, en complément du plan Vigipirate. Des dizaines de milliers de militaires sont mobilisés pour protéger les points “sensibles” en France.

Le film nous plonge dans le quotidien de Léo, jeune soldat qui vient juste de terminer ses classes. Pour sa première affectation, il écope d’une mission Sentinelle. Le voilà arpentant les rues de la capitale, sans rien à faire, sinon rester à l’affût d’une éventuelle menace.

Affiche officielle du film
Affiche officielle du film

Paris observé par un Italien

Giovanni Aloi était à Paris au moment des attentats de janvier 2015. Le silence de la ville et la terreur des gens l’a inspiré. “En deux jours, la ville a complètement changé (...) La présence des militaires en patrouille dans les rues, fusils mitrailleurs à la main, est devenue chose commune. Je les ai beaucoup observés à ne rien faire pendant des heures. Et cette inactivité m’a surpris”, raconte le réalisateur italien dans les notes de production du film.

Avant d’ajouter: “Le rapport entre la personnalité d’un individu et le travail qu’il a choisi est une question qui me passionne. Avec ces militaires, j’étais face à un paradoxe: celles et ceux qui deviennent soldats ont choisi ce métier pour se rendre utiles à la société ; or, en tant que sentinelles, ils se retrouvent désœuvrés.”

Extrait du film
Extrait du film

En tête d’affiche du film, on retrouve Anthony Bajon, Karim Leklou et Leïla Bekhti, tous membres de la même patrouille dans le long-métrage. On découvre Paris à travers leurs yeux, un Paris menaçant et angoissant. “Au plus près de ces soldats, chaque coin de rue abrite un terroriste en puissance, chaque voiture est potentiellement piégée, chaque fenêtre cache un tireur isolé.” raconte Giovanni Aloi, puis conclut: “L’idée était d’amener le spectateur à modifier sa perception des lieux familiers tels qu’il les connait. L’objectif est qu’au cours du film, vous vous surprenez à vous demander ‘y a-t-il un réel danger à Paris aujourd’hui ?’”

À voir également sur Le HuffPost: Le remake de “West Side Story” par Steven Spielberg dévoile sa première bande-annonce

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles