« Les trois semaines qui arrivent seront déterminantes, si on n’a pas une goutte d’eau, cet épisode sera comparable à 1976 »

sécheresse
sécheresse

Après un hiver doux et un mois d’avril particulièrement sec, la sécheresse frappe la France. Cette situation fait craindre le pire pour le monde agricole. Le ministère de l’Agriculture considère que cette vague de chaleur aura « un impact sur la production de céréales », un constat partagé par Luc Smesaert, vice-président de la FNSEA.

Le thermomètre est anormalement élevé pour cette période de l’année et devrait continuer à grimper dans les semaines à venir selon Météo France, les nappes phréatiques ne sont pas suffisamment chargées, toutes les conditions semblent réunies pour une crise agricole majeure ?

Cette sécheresse intervient au pire moment. L’absence de pluie et les fortes chaleurs représentent une menace sur la croissance des céréales à moyen terme notamment pour le blé. Nous sommes actuellement dans la période de l’épiaison, c’est à cette période que se décide la grosseur du grain, de même pour le colza. Certaines graines plantées au printemps comme les betteraves n’ont jamais reçu une goutte d’eau. Toutes les cultures sont touchées par cette vague de chaleur inédite. Pour le moment, tout cela tient parce que la température stagne aux alentours de 20 degrés l’après-midi. Si le thermomètre dépasse les 26 degrés, les cultures vont connaître une évaporation équivalente à 5 millimètres d’eau par jour, cela risque de rendre la situation intenable.

Malgré la guerre en Ukraine, 2022 était considérée comme une année avec un bon potentiel. Nous avions la capacité de répondre à la fois aux besoins alimentaires français, mais également à l’international. Les rendements sont aujourd’hui gravement compromis. L’élevage est également directement impacté par cette situation. Nous avons rentré les premiers foins, il manque 30 à 40 % de volume. Si l’herbe ne pousse plus dans les prairies, ce serait dramatique. Il faudrait substituer l’herbe avec de l’alimentation animale et cela risque de provoquer un (...) Lire la suite sur Public Sénat

La victoire des nationalistes en Irlande du Nord, un succès symbolique qui ne change « pas grand-chose »

Pourquoi Marine Le Pen nie-t-elle être d’extrême-droite ?

Ukraine : Hubert Védrine pointe une responsabilité des Occidentaux par leur « arrogance désinvolte »

Législatives : une désobéissance à l’Europe est-elle possible ?

Quand le conseil constitutionnel veille à la dignité du scrutin

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles