Nous trois ou rien (Salto) : l'histoire émouvante des parents de Kheiron

·1 min de lecture

«Nous trois ou rien n'est pas inspiré d'une histoire vraie : c'est une histoire vraie», prévient Kheiron dans la bande annonce. Pour son passage derrière la caméra, le copain obsédé de Kyan Khojandi dans la mini-série Bref a voulu raconter le périple de ses parents,

Ces derniers ont été obligés de fuir la dictature iranienne en 1971. A cette époque, Ibat (c'est Kheiron qui joue son propre père) a 25 ans. Jeune avocat fougueux et idéaliste, ils s'oppose au régime du Shah d'Iran et milite pour la démocratie. Son engagement lui vaut d'être arrêté, emprisonné pendant sept ans, torturé, sans que jamais il perde son irréductible optimisme. A sa sortie, accueilli en héros, il rencontre la belle Fereshteh (Leïla Bekhti), dont il va faire son épouse et la mère de son fils. Mais les Mollahs qui ont succédé au Shah traquent Ibat sans relâche et il n'a d'autre chois que l'exil. Sa femme y met une condition : ce sera «nous trois ou rien !»

Au terme d'un périple mouvementé à travers les montagnes enneigées, ils arrivent dans la patrie des droits de l'homme et débutent une nouvelle vie dans les grands ensembles de Stains, en Seine Saint-Denis. Tandis que Fereshteh donne des cours de biologie aux femmes du quartier, Ibat prend la responsabilité d'un centre de la ville voisine de Pierrefite, à la demande du maire communiste (Michel Vuillermoz) et parvient à tisser un vrai lien social avec le population immigrée. S’il connaissait l'histoire de ses parents, Kheiron a les a longuement interviewés (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

New York 1997 (Arte) : pourquoi ce chef-d'oeuvre de SF signé John Carpenter est culte
Ocean's 8 (TMC) : robes de créateurs, diamants légendaires... Découvrez les secrets du film
Géraldine Nakache révèle s'être méchamment blessée sur le tournage de son nouveau film
Cannes 2021 : Sandrine Kiberlain, Gérard Depardieu… La Semaine de la critique se dévoile
Alex Lutz se confie sur l'adaptation de Catherine et Liliane au cinéma : "On nous a offert des ponts d'or..."