Trois questions sur la possible levée des brevets sur les vaccins, poussée par les Etats-Unis

·1 min de lecture

Pour avoir plus de vaccins contre le coronavirus, plus vite et moins chers, faut-il lever les brevets des laboratoires pharmaceutiques et en faire profiter tous les États ? Le président des États-Unis, Joe Biden, s’est prononcé favorablement mercredi pour une suspension de ces brevets face à, dit-il, des "circonstances extraordinaires". La présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen s'est également dit prête à en discuter. Mais qu'en est-il de la faisabilité d’une telle mesure ? Permettrait-elle de régler le problème de la production de masse des vaccins ? Et comment réagissent les laboratoires et les États ? Europe 1 fait le point sur cet épineux dossier qui pourrait bien changer la donne au niveau mondial.

Quel est l'enjeu d'une levée de brevets sur les vaccins ?

Il faut bien comprendre que les brevets sont la recette de fabrication du vaccin. Ce brevet appartient au laboratoire pharmaceutique qui l’a mis au point. Lever ces brevets revient donc à obliger un laboratoire à donner sa formule à tous ses concurrents. Cela peut paraître étonnant mais il ne faut pas oublier que la recherche a été en partie subventionné par les États.

>> EN DIRECT - ,Suivez l'évolution de la situation vendredi 7 mai

Cette annonce intervient maintenant, car si la campagne de vaccination accélère dans les pays riches, elle piétine dans les pays pauvres. Le risque est donc que de nouveaux variants s’y développent et viennent ensuite contaminer les populations vaccinées, une sort...


Lire la suite sur Europe1